Les pratiques culturelles en Espagne au croisement de la crise et du numérique

par Antonio Ariño Villarroya[1]

 

Téléchargez cet article en pdf

 

Cet article s’inscrit dans le cadre du Colloque sur les pratiques culturelles dans les pays méditerranéens. Il aborde trois aspects : quel est l’état de l’étude des pratiques culturelles en Espagne (à partir des ressources disponibles) ? Quelles sont les principales tendances observées par l’analyse des données cette dernière décennie ? Ainsi qu’un aperçu des problématiques liées à la démocratisation culturelle.

Ce contexte historique est le résultat du croisement de plusieurs facteurs, dont deux particulièrement importants : d’une part, la transition structurelle vers la société numérique avec tout ce que cela implique pour les formes d’accès et la participation à des biens et services culturels, l’échange sur l’économie de la culture, des modes de vie et le défi culturel aux politiques existantes, et, d’autre part, le passage de la bulle financière et immobilière de la récession économique actuelle crée de grandes inégalités dans la répartition des ressources et la contraction sans précédent de la consommation culturelle.

  1. L’étude des pratiques culturelles en Espagne

En 1964, une première enquête sur les médias (OIP Institut de l’Opinion Publique) est réalisée en Espagne. A cela, se succèdent d’autres sur la lecture, la télévision, les équipements culturels des foyers, la radio, etc., mais une enquête générale sur les pratiques culturelles n’est mise en œuvre qu’après la création du ministère de la Culture en 1977, au moment de la transition démocratique.

Depuis, de nombreuses enquêtes ont été réalisées : on distingue notamment celles qui ont un caractère général (couvrant un large éventail de pratiques culturelles et visant la totalité de la population adulte) et les enquêtes spécifiques, qui explorent un champ ou un domaine particulier.

Tableau 1 : types d’enquêtes sur les pratiques culturelles en Espagne

 
Année Type[1] Nom de l’enquête Origine
1964 E Etude sur les mass-média en Espagne IOP   Insitut d’Opinion Publique
1966 E Enquête sur la télévision IOP     Insitut d’Opinion Publique
1966 E Enquête sur la lecture de presse quotidienne IOP     Insitut d’Opinion Publique
1966 E Enquête nationale sur la radio et la télévision IOP   Insitut d’Opinion Publique
1968 E Enquête d’équipement et niveau culturel des familles INE
1969 E L’audience de la télévision en Espagne Ministère d’Information et Tourisme
1973 E Enquête sur les vacances (publiée en 1976) INE
1974 E

 

Enquête d’habitudes de lecture (publiée en 1976) INE
1975 E Enquête d’équipement et niveau culturel des familles (publiée en 1976) INE
1978 EG

 

La réalité culturelle en Espagne 1978
Demande culturelle en Espagne
Ministère de la Culture
1979 E L’enfant et ses habitudes culturelles Ministère de la Culture
1985 EG

 

Enquête sur le comportement culturel espagnol Ministère de la Culture
1990 EG Enquête sur les équipements, les pratiques et les consommations culturelles des espagnols Ministère de la Culture
1995 E Culture et loisirs CIRES
1997-1998 EG Rapport SGAE sur les habitudes de pratiques culturelles Fondation « Autor »
1998 E Temps libre et habitudes de lecture, n° 2280 CIS
1999 E Baromèthe avril, Etude nº 2.324 CIS
2002-2003 EG Enquête sur les habitudes et pratiques culturelles en Espagne 2002-2003 Fondation « Autor » Ministère
2002-2003 E Enquête sur l’emploi du temps Ine
2003 E Temps libre et habitudes de lecture II, n° 2478 CIS
2004 E Habitudes de lecture et achat de livres 2004 Precisa Gremio de Editores
2004 E Baromètre janvier n° 2554 CIS
2005 E Technologies de l’information dans les foyers Ine
2006 R Espagne 2006. Rapport annuel sur la société de l’information en Espagne FranceTelecom
2006 R Technologie et innovation en Espagne COTEC
2006 R La société de l’information en Espagne Fondation téléphonique
2006-2007 EG Pratiques et habitudes culturelles des espagnols Ministère de la Culture
2007 E European Cultural Values. Eurobarometer 278 Commision Européenne
2008 E Baromètre d’habitudes de lecture Federación de Gremios de Edit.
2008 A Annuaire des statistiques culturelles Ministère de la Culture
2009 E Baromètre de juin de CIS CIS
2009 R Les chiffres de l’éducation en Espagne. Statistiques et indicateurs. Ministère de la culture
2009 E Dépenses des foyers dans l’éducation. Module pilote de l’enquête de budgets familiaux 2007 INE
2010/2011 E Enquête des habitudes et pratiques culturelles. Ministerio de Cultura
2011 EG Habitudes de lecture et achat de livres 2010 Federación de Gremios de Edit
2013 E Cultural Acces and Participation. Eurobarometer 399 Comisión Europea
2013 R La société en réseaux 2013 ONTSI Ministerio
Source : élaboration personnelle

[1] E = Enquête , EG= Enquête générale, R= Rapport.

 

arin%cc%83o1

Fig. 1: Sources statistiques utilisées dans la recherche sur les pratiques culturelles en Espagne

Les enquêtes générales ont été menées avec une périodicité irrégulière : la première, en 1978 (dite de « demande culturelle »), la deuxième, en 1985 (sur les pratiques culturelles) et en 1990 (sur les équipements, pratiques et les formes de consommation). A partir de ce moment, des enquêtes dites « d’habitudes et de pratiques culturelles » ont été réalisées tous les trois ans : 1997-1998 et en 2002-2003 et menées par la Fondation SGAE. En 2006/2007 et 2010/2011 elles dépendaient directement et exclusivement du ministère compétent en politiques culturelles.
L’inconstance est le trait le plus caractéristique de ces enquêtes : elles n’ont seulement pas changé de nom, mais également d’univers, d’échantillons, d’items du questionnaire et des catégories ainsi que d’institutions partenaires et par conséquent d’objectifs. Il devient ainsi très difficile d’effectuer une comparaison globale et systématique entre les résultats des unes et des autres. La comparaison internationale devient encore plus compliquée. Par exemple, le Ministère de la Culture a décidé en 2002/2003, une fois le travail de terrain effectué, de supprimer les variables directes de la classe sociale. Il se produira aussi des variations dans les indicateurs de fréquence et dans d’autres aspects a priori moins importants, mais cruciaux pour approcher de formes ou de régimes des pratiques culturelles.
Le tableau 2 présente un résumé de la comparaison entre les questionnaires généraux sur les pratiques culturelles en Espagne et en France. Il apparaît que le questionnaire français est plus large et permet une analyse plus complexe que l’espagnol.

 

Tableau 2 : Comparaison questionnaires Espagne – France

Espagne France
Équipements culturels du foyer Oui Oui
Intérêts culturels Oui Non
Patrimoine culturel Monuments

Dépôts

Musées

Archives

Musée

Patrimoine

Loisirs

Vacances

Non Oui
Sorties

Sociabilité

Non Oui
Jeux vidéo Oui
Ordinateur Oui Oui – extensif
Télévision Oui Oui
Vidéo-DVD Oui Oui
Radio Oui Oui
Écoute de musique Oui Oui
Presse Oui Oui
Livres et bibliothèques Oui Oui
Spectacle vivant Oui Oui (+ complexe)
Cinéma Oui Oui
Pratiques amateures Oui Oui
Loisirs Non Oui
Liste de personnalités No Si

Source : élaboration personnelle

D’un autre côté, durant la période que nous étudions et au fur et à mesure que le temps passe, les enquêtes spécifiques augmentent suivant trois logiques :

  1. Complexité du champ culturel : audiences des médias de masse (AIMC-EGM), lecture (Observatoire de la lecture), musique (Observatoire du téléchargement illégal et habitudes de consommation de contenus numériques), assistance à des spectacles ou visite de musées (ad-hoc), nouvelles technologies dans les foyers (INE), Fondation contemporaine (panel d’experts)[2].
  2. Complexité démographique : la culture de la population jeune (INJUVE), la culture des personnes âgées (IMSERSO), la culture des femmes (Instituto de la Mujer); de la population universitaire (ATALAYA et Campus Vivendi).
  3. Complexité territoriale : a) Régions, en particulier la Catalogne, le Pays Basque, l’Andalousie, et b) des villes comme Saragosse[3].

La complexité croissante du domaine culturel a signifié l’apparition de ces enquêtes spécialisées, mais aussi les systèmes d’observation de haute efficacité publique : parallèlement à l’étude traditionnelle générale des médias (EGM) réalisée par l’AIMC, se trouve l’exploration de l’INE sur la mise en œuvre des TIC ou des enquêtes régulières sur la lecture, parrainée par la Fédération de syndicats d’Éditeurs d’Espagne. Par conséquent, l’information est abondante.

Tableau 3: Enquêtes spécifiques par type

Typo Catégories Web
Territoriales Catalogne http://www.fundacc.org/fundacc/ca.html
Pays Basque https://www.euskadi.net/r46-19130/es/
Andalousie http://www.juntadeandalucia.es/culturaydeporte/web/estadistica/sites/consejeria/estadistica/habicu
Domaine Lecture http://www.mcu.es/libro/docs/MC/Observatorio/pdf/Habitos_lectura_2012.pdf
Audiences média (journaux, TV et radio) http://www.aimc.es/
Fréquentation Salle de spectacle http://www.fundacionsgae.org/seccion.php?id=47
TIC dans les foyers http://www.ontsi.red.es/ontsi/
Emploi du temps http://www.ine.es/inebmenu/mnu_cultyocio.htm

http://www.ine.es/inebmenu/mnu_nivel_vida.htm

Conditions de vie http://www.ine.es/inebmenu/mnu_nivel_vida.htm
Catégories

sociales

Jeunes http://www.injuve.es/observatorio/

http://www20.gencat.cat/portal/

Personnes âgées http://www.imserso.es/
Femmes http://www.msssi.gob.es/ssi/violenciaGenero/ObservatorioEstatal/home.htm
Étudiants universitaires http://www.observatorioatalaya.es/es/

http://www.campusvivendi.com/

Migrants http://extranjeros.empleo.gob.es/es/ObservatorioPermanenteInmigracion/

Source : élaboration personnelle

Dans la sociologie espagnole, et plus concrètement dans la sociologie culturelle, il existe de nombreuses recherches sur les valeurs, les croyances et les pratiques religieuses. Ces travaux sont d’une grande valeur, mais ils sont peu nombreux sur le champ artistique. Également, le nombre d’études sur les pratiques culturelles a augmenté, mais le domaine spécifique de la pratique telle qu’elle est comprise dans d’autres contextes (France, Canada, Angleterre, etc.) aura suscité une attention particulière.

Les enquêtes les plus approfondies ont été menées par notre équipe et sont reflétées dans deux livres : la participation culturelle en Espagne (2004) et les pratiques culturelles en Espagne (2010). En ce moment, nous travaillons sur les données d’enquête 2010-2011 afin de faire une étude comparative de la dernière décennie.

Ainsi, nos problèmes ne sont pas marqués par l’absence de sources d’information. Ils résident plutôt dans les questions de conservation des données[4], d’aptitude et surtout, de comparabilité pour manque de cohérence et de stabilité, car d’un questionnaire à l’autre les questions, les catégories, univers, etc. ont changé. Et par conséquent, la comparaison a de nombreuses limitations et doit être faite avec prudence. Cependant, étant donné que la deuxième partie de cet article présentera les tendances générales, nous considérons que cette information est utile et contribue à dessiner un aperçu d’ensemble.

Dans le débat international actuel (Lahire, 2006; Bennett et Alii, 2009), l’attention croissante sur des techniques qualitatives pour recueillir des informations s’explique par diverses raisons. La plus importante à nos yeux, réside dans le fait que lorsqu’on s’intéresse à certaines pratiques généralisées (le cas paradigmatique est la télévision), il n’est pas très approprié de parler de pourcentages d’audience. Ce qui est important est de comprendre les modes de consommation, les préférences et les choix de menu, l’intégration de cette pratique dans le système ou les systèmes de pratiques individuelles, etc. Toute cette information est sans aucun doute, mieux saisie à travers l’utilisation des techniques qualitatives qui permettent une compréhension plus fine et nuancée, non seulement des sens des pratiques spécifiques, mais aussi de leur relation avec les positions de la structure sociale.

Nous croyons que la recherche future dans ce domaine en Espagne a besoin de combiner les deux techniques, comme cela se produit déjà dans d’autres pays. Mais avec la même conviction, nous pensons que nous ne devrions pas commencer un parcours sans connaître relativement bien ce qui est déjà connu dans le champ et ce qui devrait être étudié. Non seulement se porter sur l’information, mais également sur les manières dont on pourrait améliorer la qualité des outils disponibles pour l’avenir. Par conséquent, cette recherche aide aussi à voir certaines tâches aveugles dans l’approche actuelle de la recherche : les non-lecteurs ne lisent-ils rien du tout ? Lesdits “non-publics” dans la sociologie et politique culturelle française appartiennent-ils au champ de l’in-culture ? N’existerait-il pas d’autres cultures que les instruments conçus et mis en œuvre seraient incapables de saisir ? En ce sens, la recherche aurait une dimension substantielle –la connaissance des pratiques culturelles en Espagne-, mais également un objectif secondaire : celui de contribuer à l’évaluation des instruments d’observation actuellement en vigueur.

En résumé, le bilan de nos sources est le suivant :

  • Nous comptons avec un nombre important d’enquêtes générales depuis 1978.
  • La périodicité était d’abord quinquennale et maintenant elle est quadriennale.
  • Elles explorent ce que l’on peut appeler la « culture administrée et la culture commerciale » (culture d’élite, la culture et les pratiques de masse avec des compétences de l’administration publique)[5].
  • Il n’y a eu ni constance, ni consistance entre les questionnaires et les travaux sur le terrain, de sorte que la comparabilité est considérablement réduite.
  • L’initiative a été double (ministère et une entité de gestion des copyrights – Fondation SGAE) pour les enquêtes générales.
  • La méthode employée est quantitative.
  • Elles ont également étudié les pratiques des jeunes, des enfants, des migrants, mais toujours de façon partielle, incomplète et instable, sous l’initiative de diverses entités ou organismes.
  • Les résultats obtenus permettent d’établir des tendances, mais sur une base limitée, en utilisant la référence de l’horizon d’interprétation des études internationales.
  • Il n’existe aucune preuve que les résultats ont été utilisés pour la conception des politiques culturelles.
  • Bien que le ministère de la Culture ait participé à des groupes internationaux pour le développement de cadres conceptuels, il n’a pas explicitement adopté une position similaire à celle que l’on trouve en France ou au Québec.

Puisqu’en Espagne, il n’existe aucun équivalent des observatoires du Québec, Canada, France, etc. je vais dessiner un aperçu en utilisant des données provenant de nombreuses sources différentes : autant d’institutions publiques que privées. Tout d’abord, je m’arrêterai sur les facteurs déterminants de la culture (211a) ; puis, nous observerons ce qui s’est produit au niveau de l’offre et de la consommation dans un large éventail d’activités ; enfin, en utilisant les enquêtes sur les pratiques et les habitudes culturelles, nous allons aborder la question de la démocratisation culturelle. Avec ces données, nous pourrons observer l’enchevêtrement de phénomènes de très longue durée dans le climat actuel, les changements structuraux et l’impact spécifique de la crise économique actuelle.

ÉVOLUTION DES PRATIQUES CULTURELLES ET LE CHANGEMENT STRUCTUREL

Nous allons approcher des pratiques culturelles depuis diverses perspectives : a) la dépense des ménages ; b) l’équipement des ménages ; c) l’évolution des pratiques à long terme ; d) le classement des pratiques ; e) l’intérêt pour les pratiques.

  1. Le pourcentage de ceux qui n’ont jamais eu de pratique culturelle a chuté

 Les données sur l’évolution des pratiques culturelles dans les dernières décennies, déjà discutées dans mon ouvrage consacré aux « pratiques culturelles en Espagne » (2010) sont tout à fait concluantes : le pourcentage de la catégorie de ceux qui n’ont jamais pratiqué a diminué (tableau 4). Cela signifie que le pourcentage de la population qui, dans une fréquence variable, a réalisé une pratique culturelle de référence a augmenté -l’exposition de la population aux pratiques culturelles a augmenté. Cela s’observe également par les données (à quelques exceptions près) sur les fréquentations élevées[6]: aller à l’opéra, à la zarzuela[7], à des concerts de musique classique et regarder la télévision tous les jours. Les trois premiers appartiennent à ce que l’on nomme souvent la « haute culture ». Par conséquent, la croissance se produit par une fréquentation moyenne ou basse.

Tableau 4 : L’évolution des pratiques culturelles entre 1978 et 2011

  1978 2003 2011
Jamais Fréquentation   élevée Jamais Fréquentation   élevée Jamais Fréquentation   élevée
Fréquentation de bibliothèques 92,5 5,1 75,2 13,1 60,7 15,4
Lecture de livres 63,6 18,0 50,9 22,4 24,9 43,2
La lecture des journaux

(presse quotidienne d’information générale)

35,0 33,8 30,3 40,9 25,1 39,5
Fréquentation des discothèques 81,2 14,2 75,5 14,1
Visite des musées 79,7 15,5 62,7 27,4 33,6 30,6
Aller au théâtre 89,3 3,2 67,7 2,8 52,2 8,6
Aller au cinéma 53,7 33,8 37,9 31,1 23,8 34,5
Ecouter la radio 44,2 39,7 21,4 59,6 22,0 63,7
Ecouter de la musique 76,3 23,7 17,0 71,2 15,6 79,8
Musique en live 99,3 3,9 41,1 30,2
Assister à des concerts de musique classique 86,4 8,4 77,5 7,7
Assister à des concerts de musique actuelle 67,2 24,9 45,9 25,9
Regarder la télévision 12,1 79,6 2,0 98,0 3,1 93,7
Aller à l’opéra 93,9 2,7 85,6 2,6
Aller à la zarzuela 94,1 2,4 87,6 1,6
Danse 91,3 4,6 77,8 6,1
Utilisation de l’ordinateur 68,7 28,3 42,4 45,8
Connection à internet 77,3 19,6 44,2 43,6

Source: Enquête sur la demande culturelle en Espagne, Ministère de la Culture, 1978

Enquête sur les habitudes et les pratiques culturelles en Espagne de 2002 à 2003 Ministère de la Culture et Fundation « Autor ».

  1. Les pratiques d’intérêt restent stables

Les trois enquêtes sur les pratiques culturelles menées au cours de la dernière décennie ont interrogé l’intérêt pour certaines pratiques. Il leur était demandé de noter les pratiques entre 1 et 10 afin d’évaluer leur degré d’intérêt. Les valeurs moyennes obtenues sont présentées dans le Tableau 5.

Les pratiques qui ont enregistré des valeurs moyennes les plus élevées dans les préférences du public sont : l’écoute de la musique, le cinéma et la lecture. En 2011, la lecture des journaux et théâtre obtiennent une valeur supérieure à 5.

Tableau 5 : Valeurs moyennes du degré d’intérêt dans les pratiques différentes (échelle de 1 à 10)

Pratiques 2002 2006 2011
Écoute de musique 7,3 7,5
Musique en général 7,1 7,2
Cinéma 6,7 6,2 6,4
Musique actuelle 6 6 6,2
Lecture 5,7 6,2 6,1
Périodiques 5,7 5,6
Théâtre 5,5 4,9 5,1
Musée 5,2 4,5 4,8
Musique classique 4,2 4,3 4,3
Ballet / danse 3,2 3,1 3,3
Bibliothèques 3,1 2,9
Opéra 2,8 2,8 2,9
Zarzuela 3,1 2,8 2,8

Source : élaboration personnelle

Les pratiques qui suscitent le moins d’intérêt selon les résultats obtenus, sont le ballet et la danse, les bibliothèques, l’opéra et la zarzuela.

En comparant l’évolution de valeurs moyennes dans le temps, nous ne pouvons pas parler de grands changements dans les échantillons d’intérêt, et donc de stabilité, mais nous pouvons faire l’analyse détaillée de chaque type de pratique. Il y a eu un intérêt croissant pour l’écoute de musique et la fréquentation de concerts de musique actuelle ainsi que pour la lecture. On note une réduction parallèle de l’intérêt pour la zarzuela, la visite de bibliothèques et de musées, la fréquentation du théâtre et du cinéma.

  1. Une transition vers l’équipement numérique personnel

En parlant d’équipement, il faut distinguer l’équipement externe à la maison, l’équipement de la maison (qui peut être utilisé indifféremment par les différents membres de la famille et les dispositifs personnels). Nous n’allons pas nous intéresser aux premiers, mais il convient de noter que pendant la période de la bulle immobilière et ensuite avec les fonds extraordinaires appelées Plan Zapatero, les gouvernements régionaux et locaux se sont lancés à bâtir des centres polyvalents, des auditoriums, des villes de culture, etc. dont beaucoup sont actuellement fermés et d’autres, inachevés, comme d’immenses squelettes d’éléphants bloqués dans des grandes zones urbaines. Tout cela a représenté des investissements élevés maintenant improductifs qui ont noyé les budgets et qu’empêchent d’appliquer d’autres politiques avec une plus grande importance sociale.

En ce qui concerne l’évolution de l’équipement des ménages, nous disposons d’informations pour construire une série de quarante ans. Cela nous permet d’observer clairement la transition de l’analogique vers le numérique, avec tout ce que cette transformation implique : connectivité, mobilité et participation. Cela entraîne des changements de la chaîne de valeur qui distinguaient clairement la production et la création de la distribution, la consommation et la participation, tandis que dans le nouveau contexte, en particulier dans l’ère du Web 2.0, le professionnel et l’amateur, les spécialistes et les profanes, les créateurs et les consommateurs sont confus et constamment interpénétrés. L’hégémonie de la culture numérique implique l’immatérialité, l’interaction en réseau généralisée, la connectivité des supports, la reproductibilité illimitée, l’ubiquité, l’internationalisation et la mondialisation et l’expansion de l’offre pour créer une métaculture.

arin%cc%83o2Fig.2 : Évolution des équipements des résidences principales (% des ménages ayant l’équipement référencé) et des dispositifs personnels

Sources : élaboration personnelle à partir de l’INE, enquêtes sur les équipements dans les ménages ; Ministère de la Culture, enquêtes sur les habitudes et les pratiques culturelles 2002/2003, 2006/2007 et 2010/2011. Annuaires de la Fundacion « Autor » et rapports de la Société en Réseau 2013.

Dans la longue période étudiée dans le graphique 1, on observe des changements majeurs du point de vue des équipements. Tout d’abord, se développent des appareils tels que la télévision, la radio, lecteurs de disques, cassettes et vidéos. Et avec eux l’accumulation de disques, de bandes, cassettes et vidéos.

Dans un deuxième lieu, s’incorporent les équipements numériques, généralisant et universalisant certains équipements dont le protagoniste principal est l’hégémonie des ordinateurs, l’Internet et le téléphone portable. À partir de là, se généralisent les équipements personnels plutôt que les équipements familiaux.

Pour comprendre l’importance de cette évolution, on peut observer son intégration chez les enfants de 10 à 15 ans. Les enfants usagers d’ordinateur dans les trois ans préalables à l’enquête et qui ont 10 et 15 ans, étaient 68% en 2004 et 95% en 2013 : selon la disponibilité du dispositif personnel pour antonomasie –le téléphone portable a aussi bénéficié d’une augmentation extraordinaire, en passant d’une intégration de 46% en 2004 à 63% en 2013. En effet, l’année 2013 est le moment où il se produit une rétraction en conséquence de la crise économique.

Tableau 6 : Pourcentage d’enfants usagers d’ordinateur, Internet et téléphone portable (Évolution de 2004 à 2013)

  2004 2005 2008 2010 2011 2012 2013
Enfants usagers d’ordinateur dans les trois derniers mois (10-15 ans) 68,2 72,2 94,1 94,6 95,6 96,0 95,2
Enfants usagers d’Internet dans les trois derniers mois 60,1 65,8 82,2 87,3 87,1 91,2 91,8
Enfants détenteurs d’un téléphone portable 45,7 54,3 65,8 66,7 65,8 65,8 63,0

Source : INE, Enquête sur les technologies des foyers.

 

Le cas du téléphone portable constitue un élément singulier puisque nous nous retrouvons face à un dispositif personnel permettant –dans ses versions les plus récentes- la connectivité ubique et offrant beaucoup plus de prestations que celle d’un téléphone fixe. Dans le graphique 2, on constate les activités que l’on réalise à travers le téléphone portable.

arin%cc%83o3

Fig. 3 : Activités réalisées en Internet avec un appareil portable (dans le derniers 30 jours)

Unité : % d’individus

Base : Total d’individus usagers d’internet qu’accèdent au web à travers le téléphone portable

Source : SGAE à partir d’AIMC, Navigateurs du web, 2012

 

Tel qu’il est montré, la navigation Web et e-mail sont les utilisations les plus répandues ; dans un deuxième degré d’importance,l’on retrouve l’accès aux réseaux sociaux, la messagerie instantanée et la lecture d’information (être à jour sur l’actualité). Autres utilisations (et transactions bancaires) notamment commerciales ont une pénétration plus faible, entre autres pour des raisons liées à la méfiance face aux problèmes de sécurité.

En outre, les données disponibles indiquent qu’il est en train de se produire une augmentation de l’utilisation des smartphones pour maintenir une connectivité permanente, étant donné que 68% des personnes détentrices de ces types d’appareils les utilise pour naviguer sur Internet ; 90% pour se connecter sur Facebook et 37% pour rester en contact avec leurs collègues via Twiter.

  1. Une baisse significative des dépenses culturelles des ménages

La crise et la récession économique qui a commencé en 2008 sont en train de laisser sa marque sur tout ce qui concerne la culture, spécialement en termes des ressources allouées aux dépenses des ménages.

Jusqu’en 2007 se produisait une augmentation croissante des dépenses des ménages en biens et services culturels, visiblesà travers trois principales rubriques : lectures de livres, services culturels et audiovisuels et accessoires pour le traitement de l’information. Depuis le début de la crise, une chute brutale des dépenses culturelles est passée de 3,2% des dépenses totales des ménages à 2,6%. La comparaison entre 2006 avant la crise et 2012 en pleine récession, à une exception près, montre que les dépenses en 2012 sont inférieures à celles de 2006, alors même que la bulle culturelle entre 2008 et 2009 continuait de grandir. Le seul élément, bien que en baisse l’année dernière, reste au-dessus de 2006 (mais en dessous de 2008) est relative au traitement de l’information et l’Internet.

Parmi les éléments éprouvant des chutes, on retrouve les supports pour l’enregistrement audiovisuel, le son et les données, réduits à moins de la moitié ; mais aussi l’acquisition de périodiques et de livres. Dans les deux cas, nous sommes confrontés avant tout à un phénomène numérique croissant qu’à un effet direct de lacrise[8].

Tableau 7 : Évolution du coût total en bien et services culturels des foyers (en millions d’euros)

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
Dépenses totales en biens et services culturels (en millions d’euros) 15.425,5 16.612,5 16.694,6

 

16.021,1 15.631,9 14.363,7 13.371
Dépense culturelle en %

De la dépense totale

3,2 3,2 3.1 3,1 3.1 2,8 2,6
Livres (non pas de texte) 1.311,1 1.235,2 1.301,2 1.371,9 1.234,4

 

1.019,4

 

941,0
Publications périodiques 2.006,0 1.983,4 1.943,5 1.768,4 1.557,5 1.505,4 1.267
Services culturels 4.543,3 4.973,1 4.865,2 4.633,5 4.593,7 4.280,6 4.180
Équipements et accessoires audiovisuels de traitement de l’information 5.801,3 6.758,8 7.232,7 7.075,6 7.183,0 6.590,6 5.979
Traitement de l’information

et Internet

3.432,9 4.097,5 4.607,2 4.558,3 4.463,2 4.338,3 4.313
Support pour l’enregistrement de l’image, le son et les données. 1.133,7 1.002,0 745,5 749,7 593,3 596,0 554
Dépense moyenne par personne 352 372 368 351 341 313 289

Source : élaboration personnelle à partir des annuaires du Ministère

Les ménages ont investi massivement dans les supports du traitement de l’information et Internet (ce qui affecte d’autres consommations culturelles) et, simultanément ont réagi à la crise en réduisant les investissements dans la culture.

La dépense moyenne par personne a diminué de manière significative : il était de 352 euros en 2006 et est passé à 372 euros en 2007. Elle a commencé à baisser en 2008, passant de 368 à 289 en 2012. En analysant en détail cet indicateur, par personne et par élément, il semble qu’il y ait une diminution nette globale (plus importante dans la fréquentation de salles de spectacles, la télévision et la vidéo ou dans des publications périodiques), à l’exception des réparations qui augmentent de deux euros (de 5 à 7 euros), les services liés à Internet augmentent d’un euro (64 à 65) et les frais liés à des abonnements à la télévision ou à la radio qui augmentent de quelques centimes (25,8 à 26,3).

  1. Chute de spectateurs du spectacle vivant

Écouter de la musique et regarder la télévision sont deux activités qui ont une vaste couverture quotidienne ; l’écoute de la radio a aussi un pourcentage élevé d’auditeurs quotidiens : 64%, mais aucune des autres activités ne dépasse 50%.

Qu’en est-il des arts de la scène ? Pour étudier ces lignes directrices, nous allons utiliser les données des annuaires de la Fondation SGAE sur le nombre de spectacles et le nombre d’entrées. Lors de l’élaboration des tableaux de l’évolution sur un vaste ensemble d’indicateurs basés sur le nombre de séances et le nombre de spectateurs dans les différents arts de la scène (théâtre, danse, opéra, musique classique, musique symphonique et musique populaire), il est observé qu’en 2012 les valeurs sont inférieures à celles de 2006 : il y a une très importante baisse dans le nombre de concerts et dans le volume de spectateurs. Depuis que le gouvernement a approuvé une hausse de la TVA culturelle de 8% à 21% en septembre 2012, on peut attendre que cette baisse soit encore plus prononcée durant les années 2013 et 2014. Le prochain graphique donne un aperçu de cette tendance dans les différents types de spectaclevivant, compte tenu de l’évolution du nombre de spectateurs dans la période 2006-2012.

arin%cc%83o4

Fig. 4 : Nombre de spectateurs (en millions) des arts du spectacle

Source : élaboration personnelle à partir des données de la Fondation Autor (2012)

  1. transition vers une société numérique

Le tableau 8 donne à voir l’évolution d’un ensemble d’indicateurs sur la consommation de musiques enregistrées, le cinéma en salle et l’accès à Internet. Ce tableau montre non seulement l’effet dérivé de la crise économique, mais un phénomène plus structurel comme celui du passage de l’analogique au numérique.

Tableau 8 : Évolution de la consommation de musique enregistrée, films et Internet entre 2006 y 2012 en Espagne

2006 2008 2009 2010 2011 2012 2012/2009
Chiffre d’affaires de la musique enregistrée en millions 272,0 226,9 179,0 148,6 141,0 -29,61
Marché de la musique numérique Chiffre d’affaires (en millions) 31,1 34,7 41,6 46,3 48,3 43,80
% marché de la musique numérique 11,4 15,3 23,2 31,2 34,4 103,92
Abonnements de musique (en millions) 4,32 11,85 10,30 138,42
Musique Streaming (millions) 0,55 10,11 17,8 3.136,36
Téléchargements de musique – Fichiers (en millions) 2,73 3,04 3,49 3,06 3,03 1,64
Téléchargements gratuits (en millions) 0,80 2,60 2,73 3,22 2,80 2,67 2,56
No.-écrans de cinéma 4.619 4.097 4.073 4.028 3.990 -1,5
No. cinéphiles (en millions) 107,9 110,6 101,0 98,2 93,3 -11,21
Recettes au box-office 624,2 678,3 661,1 638,3 612,2 -5,89
Achats de vidéos. Les dépenses de consommation en millions 198,5 125,4 127,1 89,9 79,2 -34,29
Unités de vidéo vendues (en millions) 30,2 20,9 15,8 13,4 11,5 10,9 -40.50
Unités de vidéos location (en millions) 3,13 1,44 0,62 0,5 0,3 0,3
Téléchargements de films gratuits (en millions) 124,6 354,3 460,7 584,1 480,5 429,1 3,32
Téléchargements de films par abonnement (en millions) 3,2 5,7 12,7 19,6 19,5 11,9 53,54
Cinéma espagnol 423 426 411 395 348 349 -15,32
Spectateurs cinéma espagnol (millions) 21,07 14,51 17,74 12,64 15,5 17,9 -12,62
La part de marché du cinéma espagnol en% 13,3 15,6 11,9 15,7 =
Accès à Internet le dernier mois (%) 38,4 46,8 50,5 54,8 57,8 14,45
Lignes à haut débit (en millions) 9,6 10,4 10,8 12,5

Source : élaboration personnelle à partir de : http://www.anuariossgae.com/home.html

Le tableau 8 montre une baisse des ventes de supports physiques (en particulier des CD’s) et une croissance de la consommation de produits numériques, soit par téléchargement gratuit, soit par des abonnements. Il se produit également une augmentation d’abonnements à Internet et des lignes à haut débit. Ainsi, alors qu’il s’opère une chute remarquable dans les chiffres d’affaires de la musique enregistrée (près de 30 points depuis 2009), le chiffre d’affaires du numérique a augmenté de plus de 40%. De même, l’on constate une baisse de la fréquentation des salles de cinéma, mais une augmentation de téléchargements de films gratuits et de téléchargements avec abonnement.

  1. Les contradictions dans l’ampleur économique de la culture

Les indicateurs économiques sur le secteur culturel montrent également une baisse causée par la combinaison de la transition vers la société numérique et la récession économique. Ainsi, cela est visible à travers de nombreux indicateurs, allant de l’emploi culturel, en passant par le commerce extérieur jusqu’au tourisme des résidents en Espagne pour des raisons culturelles. L’exception se trouve dans le développement du tourisme culturel des étrangers qui montre une tendance à la hausse.

S’il y avait en 2006 plus de 520 000 emplois dans la culture, ils ne sont plus que 457 000 en 2012. Les importations de biens culturels ont dépassé le milliard d’euros en 2006, mais en 2009, elles avaient été réduites à 870 000 et sont passées en 2012 à 750 milliards. Les exportations de biens culturels ont été réduites de 960 000 à 700 000 millions.

Tableau 9: Évolution de plusieurs indicateurs de l’ampleur économique du secteur culturel (2006-2012)

  2006 2009 2012
Immeubles pour le secteur culturel GVA (en %) 3,2 2,9
L’emploi culturel (en milliers) 523,9 537 457,6
Le commerce extérieur des biens culturels. Importation de biens culturels (millions d’euros) 1.040 879 752
Exportations de biens culturels (millions d’euros) 960 851 703
Voyages des résidents en Espagne pour le tourisme culturel (en milliers) 12.930 12.633 11.721
Entrées de touristes internationaux principalement pour des raisons culturelles (en milliers) 5.652 5.737 8.328
Indice du chiffre d’affaires Edition (2005 = 100) 102,7 91,1
Indice du volume dans les business d’activités cinématographiques, de vidéo et télévision, enregistrement sonore et édition musicale 105,5 117,4
Indice du volume dans les business des activités de programmation et de la radio de radiodiffusion et de télévision 107,5 91,2
Indice du volume dans les business de l’impression et la reproduction de supports enregistrés 101,6 84,4

Source : élaboration personnelle à partir de l’annuaire du Ministère

Les chiffres d’affaires des arts graphiques, cinématographiques, les activités de programmation et de diffusion radio et télévision, etc., montrent également une tendance à la baisse. À la suite de cela, la part du PIB ou GVA culturel dans l’économie espagnole se contracte également.

III. INÉGALITÉ ET DIFFÉRENCE CULTURELLE

Une des questions primordiales lors de l’étude de l’évolution des pratiques et des formes de participation culturelle dans un pays est la démocratisation culturelle. Elle est entendue comme un changement structurel dans la répartition de la participation en fonction de variables comme l’âge, le genre, la classe sociale, etc., et tend à générer l’égalité des chances et des résultats. Par conséquent, la démocratisation implique non seulement l’augmentation du nombre de personnes ayant une pratique culturelle (aller à l’opéra ou lire de livres), mais une transformation de ses publics précédents (par exemple : la féquentaiton de l’Opera par des personnes, dont le niveau économique,est moyenbas et bas ou la pratique de la lecture de romans par de personnes avec un niveau éducatif moyenbas et bas). En fait, nous trouvons des pratiques ayant un caractère transversal (théâtre), tandis que d’autres sont associées à des enclaves ou à des catégories sociales déterminées (le jazz ou l’opéra).

Aborder la question de la démocratisation suppose l’étude des logiques de l’inégalité et de la différence. Plusieurs facteurs produisent la diversité, sans que cela signifie pour autant qu’il y ait nécessairement d’inégalités. Les causes de l’inégalité culturelle et les facteurs de la différence culturelle interagissent souvent de façon complexe. Dans ce bref résumé, nous considérerons trois indicateurs qui fonctionnent en tant que producteurs de la diversité et parfois comme générateurs d’inégalités : la répartition d’intérêts des activités culturelles, l’émergence de nouveaux publics et l’impact du capital éducatif.

Quant à l’intérêt pour les pratiques culturelles, l’analyse des conglomérats (groupes) à partir de 21 pratiques recueillies dans de l’enquête d’habitudes 2010/2011, a permis d’identifier cinq groupes de préférences : le premier groupe : visite de musées, expositions, etc. ; le deuxième groupe : la fréquentation du spectacle vivant ; le troisième : les préférences pour la musique et le cinéma et l’indifférence pour tout le reste (pour cela ainsi qu’en raison de leur profil nous les dénommions « populaires ») ; le quatrième : peu d’intérêt pour les pratiques culturelles ; et le cinquième : la préférence pour les lectures professionnelles, avec la fréquentation de bibliothèques, archives, etc.

arin%cc%83o5

Fig. 5 : Conglomérats (groupes) d’intérêt pour les pratiques culturelles (2010/2011)

Source : Élaboration personnelle à partir de l’analyse réalisée par Ramón Llopis de l’enquête sur les habitudes culturelles 2010/2011.

 

Les goûts ou les préférences classiques représentent 18%, les professionnels 27%, les goûts populaires 18%, les muséistes 20% et 16% n’expriment aucun intérêt particulier pour aucun type de pratique culturelle.

Concernant l’apparition de nouveaux publics, une première approximation à la composition de la pyramide démographique dans le contexte actuel permet d’identifier l’existence de quatre nouveaux publics contribuant à la diversification de l’univers culturel en Espagne. L’augmentation de l’espérance de vie génère une nouvelle catégorie – les personnes du troisième âge, c’est à dire les personnes de 65 ans et plus – disposant du temps, de meilleures retraites et d’une meilleure santé que leurs prédécesseurs, ainsi qu’un style de vie où certaines pratiques culturelles deviennent plus importantes (voyages et tourisme culturel, par exemple). En deuxième lieu, à la base de la pyramide l’on retrouve les « natifs numériques », qui correspondent aux générations nées avec Internet et vivent connectés en permanence à l’univers de la métaculture à travers leurs dispositifs intelligents et personnels. Dans un troisième temps, on retrouve l’incorporation croissante des femmes dans l’éducation supérieure et l’emploi régulier, ce qui génère de nouvelles attentes et de nouvelles pratiques et transforme les préférences hégémoniques. Enfin, la présence stable d’un nombre important de la population issue de l’immigration introduit de manière radicale la question de la relativité, la tolérance et la diversité ethnoculturelle.

Actuellement, le facteur le plus déterminant dans la compréhension de la participation culturelle, de la distribution de goûts et des pratiques est le capital éducatif parce que dans la société espagnole actuelle il y a environ 4 millions de personnes adultes avec une formation supérieure, mais également un pourcentage très élevé de personnes qui n’ont pas fini leurs études secondaires. Par conséquent, il est possible de postuler qu’il existe une nette polarisation dans la distribution du capital scolaire.

Les recherches précédentes ont démontré l’importance du capital éducatif dans la distribution inégale des pratiques culturelles et plus particulièrement l’importance du capital obtenu grâce à des systèmes éducatifs de maturité (ayant la capacité d’intégrer toute la population à de niveaux basiques, mais très sélectifs dans les trajectoires et les résultats)(Ariño, 2011 y 2014).

Actuellement, en Espagne on retrouve un double phénomène : d’un coté, il existe un plus grand accès à l’éducation supérieure pour les enfants de familles modestes, mais de l’autre coté, on est encore loin, non pas d’une situation d’égalité d’opportunités, mais d’équité[9]. Il existe un différentiel très significatif discriminant les enfants dont les parents ont un faible niveau d’éducation, le même différentiel aura augmenté en ce moment même, comme la conséquence des politiques restrictives, de coupures et de réduction de bourses, d’augmentation de frais de scolarité, etc., et de la situation générale de précarité et de vulnérabilité des familles de niveaux socioéconomiques inférieurs avec des personnes au chômage, réduction des ressources, etc.

Par ailleurs, l’expansion et la maturation du système éducatif n’opèrent pas uniquement en faveur de la mobilité ascendante, mais également en tant que nouveau facteur d’inégalité.

L’augmentation du niveau éducatif moyen et l’espérance de vie éducative, signifient une croissance des coûts statuaire (pour élever et même pour maintenir la position d’origine, il est requis de plus en plus de niveaux de formation plus complète et spécialisée, avec des compétences en langues, masters, stages en entreprise, des années effectuées à l’étranger, etc.). En deuxième lieu, la distance entre ceux qui échouent dans les premières étapes et ceux qui réussissent une plus grande longévité éducative est aujourd’hui plus importante que jamais.

Cela nous conduit à affirmer avec Raftery y Hout (1993) que l’expansion éducative ne réduit pas le différentiel des enfants des classes supérieures, mais maintient la constance des avantages relatifschez les classes inférieures, pour peu que celles-ci bénéficient de la démocratisation et l’accès. Ce fait est particulièrement important quand il s’agit des pratiques culturelles parce que beaucoup d’entre elles exigent des compétences et des capacités qui s’acquièrent lentement et sur la base d’un bon système d’éducation : par exemple, la capacité d’apprécier des œuvres d’art ou les compétences auditives (« l’entraînement de l’oreille musicale ») permettant d’apprécier la musique classique et l’opéra, par exemple.

Afin d’illustrer, ce qui vient d’être dit, observons par exemple, la dépense moyenne des ménages par personne et par niveau d’enseignement. La tendance générale est claire : plus le niveau d’éducation est élevé, plus le niveau de dépenses par personne est élevé.

Tablaau 10 : Dépense moyenne par personne dans les équipements du foyer par niveau éducatif (en euros)

Niveau d’études Niveau d’études 2012
Première année ou moins 133,6
Première étape de ES 231,0
Deuxième étape de l’ES 312,7
Éducation supérieure non universitaire 339,2
Études universitaires : premier cycle 434,9
Études universitaires : deuxième et troisième cycle 487,9

Source : élaboration personnelle à partir de données de l’annuaire du Ministère

Alors que les familles ayant un niveau d’études du premier degré dépensent seulement 133,6 euros annuels en culture, les personnes détentrices d’un diplôme universitaire de deuxième et troisième cycle dépensent 487,9 euros en moyenne par personne. Chaque degré éducatif est associé à une augmentation notable de la dépense culturelle dans le foyer. Cela devient plus visible encore dans le passage des études supérieures non universitaires vers les études universitaires.

CONCLUSION

En ce moment, en Espagne se croissent les effets de la récession économique (Bulle immobilière, endettement général, crisse et plan d’aide du système bancaire, coupures budgétaires dans les prestations sociales et les salaires, etc.) qui a supposé aussi l’explosion d’une bulle immobilière culturelle et les politiques extensives insoutenables, avec la transformation profonde de la technologie qui nous conduit à la société numérique, à travers la force motrice du capitalisme cognitif (Moulier 2007 et 2011). Par conséquent, nous avons constaté une grande récession dans un vaste éventail d’indicateurs culturels, en même temps qu’un progrès du processus de numérisation (équipements des foyers et les dispositifs personnels) avec la transformation des pratiques culturelles

On ne consomme pas moins de musique, au contraire, on ne consomme pas moins de cinéma, mais on pratique moins en salle, on ne lit pas moins, mais on le fait de nouvelles façons, sur de nouveaux supports et surtout de plus en plus d’hypertextes. Il n’y a pas moins de participation culturelle étant donné que les réseaux sociaux et les applications numériques permettent de nos jours de nouvelles formes d’implication, compromis, amateurisme et création. Mais certainement, les modèles économiques de production, distribution et consommation sont affectés radicalement. Il s’agit de la fin de l’économie “gutembergiana”. Pour cette raison, la question de la propriété intellectuelle, des droits d’auteur, des copyrights, etc. est aujourd’hui, plus que jamais, une question centrale dans le débat et le combat. Ainsi, la propriété intellectuelle s’accompagne de trois problèmes fondamentaux, dans une époque où le réseau n’est pas un domaine complémentaire et périphérique de nos vies, mais le lieu où se développe notre existence : la vie privée, la sécurité et la neutralité du réseau. Une culture ouverte exige un changement substantiel dans les politiques publiques et civiques de la propriété, la vie privée, la sécurité et la neutralité.

Bibliographie

AIMC, 2014, Cadre général des Médias en Espagne, 2014

Álvarez Monzoncillo, José María, 2004, « L’avenir du loisir dans les foyers », Fondation Auteur

Ariño, A. (dir), 2006, « La participation culturelle en Espagne », SGAE, Madrid

Ariño, A. et García Ferrando M., 2008, “Culture et divertissement »pp.539-582 in Del Campo, Salustiano y Tezanos, José Félix, Espagne du XXI sicèle. La Sociedad 1, Biblioteca Nueva, Madrid

Ariño, Antonio, 2010, « Pratiques culturelles en Espagne. Depuis les années 70 à nous jours », Ariel.

Ariño. A.,2011a, « Les pratiques culturelles en Espagne », in panorama social, nº 14, pp. 21-33.

Ariño, A. (dir)., 2011b, « Université sans classes ? Conditions de vie des étudiants universitaires en Espagne (Eurostudent IV), Ministère de l’Éducación, 278 pp.

Ariño, A., 2014a, « La dimension sociale dans l’éducation supérieure », in RASE, vol. 7, no1.

Ariño, A., 2014b, « Mobilisations par le réseau. Les évolutions du mouvement Open » (en cours de publication), Política y Sociedad.

Ariño, A., 2014c, « Les droits de propriété intellectuelle dans l’université : enseignement et culture dans l’ère digitale », (en cours de publication).

Bustamante, Enrique, 2006, « Radio et télévision en Espagne. L’histoire d’un sujet en attente de la démocratie », Gedisa

Bustamante, Enrique (coord.), 2003, « Vers un nouveau système mondial de communication. Les industries culturelles à l’ère du numérique »,Gedisa.

Bustamante, Enrique (coord.)., 2002, « La communication et la culture à l’ère du numérique », Barcelone : Gedisa Editorial.

Donnat, Olivier, 2003, « La question de la démocratisation dans la politique culturelle française », pp. 9-20, Modern and ContemporaryFrance, 11, nº 1.

Fédération des éditeurs d’Espagne, « Les habitudes d’achat et de la lecture de livres en Espagne » 2012, 2013.

2000, Rapport SGAE sur les habitudes de consommation culturelle, Fondation Auteur.

Fondation Auteur et le Ministère de la Culture, 2005, Enquête sur les habitudes et les pratiques culturelles en Espagne de 2002 à 2003. Résultats détaillés.

Annuaire SGAE 2013http://www.fundacionsgae.org/noticias/854/Anuario-SGAE-2013, Fundation SGAE

Fundation Téléphonique, 2014, La société de l’information en Espagne 2013, Ariel.

Inglehart, R. (1998): Modernisation et postmodernisation. Le changement culturelle, économique et politique en 43 sociétés, Madrid, CIS/Siglo XXI.

Institut d´Estudis Regionals i Metropolitans, 2005, « L’usage du temps libre. Analyse de l’enquête sur l’emploi du temps 2002-2003, Insitut Nacional de Statistique, Madrid.

Lamo de Espinosa, E., (2006) « De l’Anti-réforme à la contre-culture. Le changement social et le changement culturel en Espagne »,  en VVAA, Le changement social en Espagne. Visions et défis du futur, Seville, Centre d’Études Andalouses,   pp.283-312

Fédération nationale d’associations de gestionnaires culturels, Livre blanc : la situation actuelle de la Fédération et des associations qui la composent, 2009, http://www.federacion-agc.es/index.php?option=com_content&view=article&id=26&Itemid=91

Martínez Celorrio, Xavier, 2013, « Tendances de la mobilité et de la reproduction sociale pour l’éducation en Espagne », in RASE, vol 6, nº 1.

Ministère de l’Éducation, la culture et le sport, 2013, Annuaire de statistiques culturelles. http://www.mcu.es/estadisticas/index.html

Ministère de la Culture, 1978, La réalité culturelle en Espagne, Madrid.

Ministère de la Culture, 1978, La demande culturelle en Espagne, Madrid.

Ministère de la Culture, 1980, L’enfant et leurs habitudes culturelles, 3 vols. Secrétariat Général Technique.

Ministère de la Culture, 1985, Enquête de l’espagnol comportement culturel.

Ministerio de Cultura, 1991, Equipamientos, prácticas y consumos culturales de los españoles, Ministerio de Cultura. Madrid.

Ministère de l’Éducation, la culture et le sport, 2011, Enquête sur les habitudes et pratiques culturelles en Espagne 2010/2011, http://www.mcu.es/estadisticas/index.html

Observatoire de la culture, 2013, Deuxième semestre 2013. Analyse de résultats, Fondation Contemporaine.

Observatoire de la culture et de la communication, 2014, L’état de la culture en Espagne 2013. Le point de vue des agents culturels, Fondation, Alternatives. ONTSI, 2013, La société en réseau 2012, Red.es. Ministère de l’Industrie, l’Énergie et le Tourisme.

Promusicae, 2014, Livre blan de la musique en Espagne 2013, http://www.promusicae.es/news/view/37-news/116-libro-blanco-de-la-musica-en-espana-2013

Raftery A., y Hout, M, 1993, “Maximaly Mantained Inequality: Expansion, Reform and Opportunity in Irish Education 1921-1975”, Sociology of education, vol 66, nº 1, pp. 41-62.

Real Instituto Elcano, 2004, La politique culturelle en Espagne, http://www.realinstitutoelcano.es

RodríguezMorató, Arturo (ed.) (2007), La société de la culture, Ariel, Barcelone.

RodríguezMorató, Arturo, Bouzada, Xan et A. Ariño, 2005, « Politiques culturelles en Espagne », pags. 435-472, in Culture et mondialisation: entre conflit et dialogue, Université d’Alicante.

Sasson, Donald, 2006, Culture. Le patrimoine commun des européens, Critique, Barcelona.

Szlendak T, Karwacki A. 2012, “Do the Swedesreally aspire to sense and the Portuguese to status? Cultural activity and income gap in the member states of the European Union”, International Sociology, Published online 27 March 2012.

Van Hek, Kraaykamp, G., 2013, “Cultural consumption across countries: A multi-level analysis of social inequality in higbrow culture in Europe”, in Poetics 41(2013) 323-341

 

[1] Professeur et chercheur en sociologie . Université de Valence, Espagne.

[2] http://www.fundacioncontemporanea.com/observatorio-de-la-cultura/

[3]http://www.zaragoza.es/ciudad/cultura/observatorio/enlaces/observatorio_enlacesinteres.htm

[4]Dans certaines enquêtes très importantes pour nous, seulement ont été enregistrés les publications internes de certaines données (1978 et 1985); une publication de synthèse de certains résultats (1990) ; ou il existe un manque d’information sur des variables clés, comme le revenu ou l’occupation des répondants.

[5]http://www.mcu.es/culturabase/pdf/cuestionarioT9P9_2010-2011.pdf; pour le questionnaire français voir : http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/08questionnaire.pdf

[6] Musées: haute fréquence : l’année dernière. Lecture : dans le dernier mois. Presse périodique : tous les jours ou presque. Bibliothèques : dernier trimestre. Théâtre : les trois derniers mois. Concerts à l’année écoulée. Regarder la télévision : tous les jours. Ordinateur : tous les jours.

[7]Genre théâtral lyrique espagnol né au XVII

[8] Voir les dépenses sur les loisirs et la culture en Espagne en 2013. L’analyse de l’affaire espagnole et l’examen de la vision régionale et nationale 2013, en http://cladea.org/ocioycultura2013.pdf

[9] L’équité suppose que le poids d’une catégorie sociale spécifique dans la structure sociale, doit être la même pour leurs enfants : leur présence dans le système éducatif doit avoir le même poids (si les familles avec un niveau éducatif élevé représentent 20% de la structure sociale, leurs enfants représentent également 20% dans le système de l’éducation).

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "Les pratiques culturelles en Espagne au croisement de la crise et du numérique," in Public(s) ISSN 2553-5722, 17/09/2014, http://publics.hypotheses.org/461.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *