Usages du numérique dans un contexte en mouvement. Soulèvements « arabes » et « amazighs » au Maghreb

par Farid Toumi[1] et Fathallah Daghmi[2]

Les bouleversements récents de plusieurs régions du monde ont été le théâtre d’une mise en relation entre les médias notamment numériques et les changements sociopolitiques. La Grèce, la Turquie, l’Espagne, le Brésil, le Québec, plusieurs pays du Monde arabe, ont connu des mouvements de mobilisations conduits par des citoyens qui contestent entre autres l’ordre établi, les conditions sociales, économiques, politiques. Les figures symboliques de ces mouvements qu’on a qualifié de « Printemps arabe », de « révolution du jasmin », de « révolution d’érables » (Lafrance, 2012)… ont incarné des revendications sociopolitiques dénonçant la précarité, le manque de liberté d’expression, de démocratie, d’égalité sociale, d’espoir… Le point commun entre tous ces mouvements est l’usage des technologies numériques comme outils de changement.

Nous nous intéressons dans cette contribution à la région du Maghreb qui a connu des mouvements politiques et sociaux d’ampleur diverse avec l’aboutissement d’un processus de changement au sommet de l’Etat en Tunisie et des réformes politiques en Algérie et au Maroc (Amsidder, Daghmi, Toumi, 2012). En effet, depuis le début de la révolution tunisienne en décembre 2010 suivie du mouvement sociopolitique de la place Tahir en Egypte, le rôle plus ou moins important des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les changements récents est souvent mis en avant dans divers travaux de recherche (Ben Saad Dusseaut, 2012 ; Zlitni, Liénard, 2012 ; Mehrezi, 2012). Il est question dans cette contribution de comprendre les liens entre usages médiatiques et bouleversements sociopolitiques au niveau des usages citoyens au-delà de la puissance supposée des outils de communication dans la transformation de l’ordre sociopolitique.

Notre approche sociotechnique (Proulx, 2009) et comparative tend à mettre en exergue les modalités d’usages et de consommations médiatiques en période de bouleversement social et politique. Elle montre la nature du lien entre les espaces de production et celui de la réception et les mécanismes d’appropriation des formats industriels dans leur diversité culturelle et sociale (Martin-Barbero, 1987). Nous pouvons envisager que les cultures politiques et formes de résistance politique prennent appui, s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication. Il devient par conséquent possible d’étudier les modalités d’usages des supports médiatiques et d’observer les formes et modes de détournement d’événement et de supports de communication de leur fonction première et de leur transformation en espaces de contestations sociopolitique (Proulx, 2012). Les usages des citoyens maghrébins.

La prolifération des usages TIC et Réseaux Sociaux Numériques (RSN) est un phénomène récent dans la région du Maghreb. La généralisation relative de l’accès aux TIC a pu profiter des infrastructures techniques engendrées par le progrès technologique en matière de matériel et de connexion haut débit, de la généralisation de l’usage de la téléphonie mobile (Daghmi, Toumi, 2010), de l’engouement sur les RSN tels que Twitter, Facebook… Au-delà du progrès technologique, d’autres facteurs concourent au succès de l’usage des TIC dans cette région du monde. En effet, l’introduction d’internet au Maghreb et globalement dans le monde arabe à partir des années 1990 obéit à une logique économique qui tend à faire des TIC un levier de développement humain. Néanmoins, les usages des Maghrébins consacrent Internet dans sa dimension de divertissement mais également dans son rôle d’instrument de contournement de la désinformation longtemps imposée par les médias traditionnels étatiques (Mattelart, 2011). La prolifération des espaces de discussions notamment politiques dans les RSN et les forums révèle la mise en place d’un processus d’interactions et de création de synergies collectives visant entre autres la contestation de l’autorité, la mise en scène des revendications et le détournement de l’usage de la technologie numérique pour servir d’alternative à la censure étatique (Ferjani, Mekki, 2011).

Plusieurs travaux de recherche se sont intéressés à l’étude des usages médiatiques et à la configuration de l’espace public en période de transition dans les pays Maghreb. Ainsi, Liènard et Zlitni (2012) s’intéressent dans leurs travaux à la composition de collectifs citoyens qui construisent à l’aide des TIC de « véritables stratégies communicationnelles » grâce aux TIC afin de pallier l’absence d’information. Ces pratiques de rapidité de mise en circulation de l’information et de coordination des actions collectives ont été un des éléments de la réussite de la révolution tunisienne. De leur côté, Ben Nablia et Lafrance (2012) font référence à l’espace public habermassien et la naissance de la démocratie en Europe au 19ème siècle afin de caractériser la constitution de cette nouvelle sphère de débat citoyen. Ils s’interrogent sur l’opportunité d’évoquer un espace public tunisien qui offre aux citoyens la possibilité de faire usage de la raison dans le contexte arabo-musulman. Les deux chercheurs admettent le rôle joué par ces sphères d’échange et de circulation de l’information et par les RSN dans le déclenchement du mouvement, mais insistent également sur la place des médias de diffusion notamment transnationales comme Al-Jazira, dont le rôle a été déterminent dans la propagation de la révolution hors frontière de la Tunisie mais aussi ailleurs dans le monde. Cette médiatisation est sans doute un facteur d’identification citoyenne plus large qui entre en résonnance avec d’autres mouvements de contestation comme « occupy Wall Street » et « les indignés ».

Afin de caractériser la nature des liens entre publics, pratiques médiatiques et engagement sociopolitique, nous proposons de développer notre réflexion en deux parties. Dans la première partie, nous nous intéressons aux pratiques des publics notamment autour de la question amazighe[3] et montrons à travers une analyse de contenu les modes d’usages et d’appropriation des TIC en période de changement sociopolitique. A partir du cas amazigh, nous proposons de mettre en évidence les points de convergence des pratiques médiatiques au Maghreb en période de soulèvements arabes. L’objectif de cette approche comparative est de dégager les traits communs aux mouvements sociopolitiques dans les pays du Maghreb en matière de consommation et pratique médiatique dans une perspective de conceptualisation des usages des TIC en périodes de transition sociopolitique.

 

[1] Larlanco, Université Ibn Zohr d’Agadir

[2] Migrinter (CNRS- UMR 7301). Université de Poitiers

[3] Le terme générique “Amazigh” est préféré au terme berbère ou kabyle pour désigner les populations et la culture originaire principalement d’Afrique du nord.

 

***

 

Pour lire cet article :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *