Du territoire à ses habitants : effets et limites de l’évènementialisation de l’art contemporain comme outil de démocratisation

Synthèse de terrain de recherche par Olivier Le Falher 

Téléchargez ce document de recherche en pdf

***

Introduction

L’évènementialisation de la culture est bien souvent appréhendée comme le meilleur moyen de rassembler, autour d’œuvres exigeantes, le public le plus nombreux. On attend en effet de l’évènement qu’il pallie aux rejets auxquels doit faire face l’art le plus innovant, en inscrivant ce qui relève d’un monde artistique spécifique, de ses codes, de ses cercles d’acteurs, dans des formes de cérémonies plus proches de l’expérience quotidienne, ou sous des allures plus festives, plus informelles. Les écueils d’une telle entreprise sont pourtant nombreux et bien connus des professionnels de la culture qui ne manquent pas de signifier leur méfiance vis-à-vis de ce type d’entreprises. S’agit-il en effet d’« abaisser » le niveau de prétention artistique, afin de réduire l’écart toujours vérifié par la sociologie entre les œuvres les plus innovantes et l’attente des publics (Urfalino, 1989)? Faut-il miser sur un grand renfort de pédagogie pour réduire cet écart, au risque de limiter la démocratisation à un plaidoyer dogmatique pour la « culture cultivée »? Faut-il enfin prôner la participation du public à la conception des œuvres, et s’appuyer sur une mémoire ou des savoir-faire propres à des communautés de « spectacteurs », quitte à voir s’estomper les frontières si patiemment établies, au moins depuis la création du ministère de la Culture, entre le culturel et le socioculturel ?

L’art contemporain offre un bon terrain pour poser ce genre de question étant donné les rejets bien connus dont il fait l’objet de la part d’une part importante des publics (Heinich, 1997), et qu’il semble à lui seul cristalliser, bien plus que toute autre discipline. En outre dans ce secteur, la ville de Marseille, sans être un centre artistique majeur comme peut l’être Paris, peut se prévaloir de posséder plusieurs grandes institutions d’art contemporain dont le musée d’Art Contemporain, le Fonds régional d’art contemporain, et un grand nombre d’associations, dont une partie regroupée au sein de la Friche La Belle de Mai, autre équipement de premier plan. La vitalité de cette « scène artistique » a été bien étudiée, de même que ses dynamiques et sa complexité, entre richesse des structures associatives et faiblesse du marché privé (Girel, 2003, Michaud et alii, 2001). C’est désormais un lieu commun que de parler aujourd’hui du dynamisme des collectifs d’artistes, galeries associatives, lieux de résidence, de production et de diffusion, qui constituent un tissu dense, varié et en perpétuel renouvellement (expression qui dissimule tant bien que mal leur fragilité). Et tandis que les galeries privées sont très rares, en l’absence d’un véritable marché local, ces structures relayent, au plus près des besoins des artistes, d’autres équipements plus visibles comme le FRAC et le MAC.

Or la connaissance des publics de ces lieux a toujours été mal aisée, tant la population d’artistes et de professionnels gravitant autour de l’art semble surreprésentée, en particulier lorsque la monstration des œuvres a lieu dans un cadre évènementiel (inaugurations, vernissages et soirées consacrées aux performances, aux programmations de vidéos, etc.). Les chiffres de la Maison des Artistes dénombrent ainsi pas moins de 8000 artistes plasticiens professionnels en région PACA, dont près de la moitié à Marseille et sa périphérie. Si l’on y ajoute les étudiants des écoles des Beaux-Arts et tous les acteurs travaillant dans des dizaines de galeries associatives, privées et institutions de la ville, chaque évènement qui scande l’année artistique permet de repérer un même cercle de quelques centaines de personnes qui gravitent autour des mêmes lieux, s’y croisent et en constituent un noyau dur assez stable.

Nous avons donc conduit notre enquête en nous focalisant sur les formes d’évènementialisation de l’art contemporain, tout en resserrant l’analyse sur les publics plus éloignés de l’art contemporain, ceux que E. Pedler regroupe sous le terme de « troisième cercle » (Pedler, 1994), qu’il s’agisse de badauds, de curieux, de visiteurs d’un jour, bref, ceux dont la familiarité avec ces lieux et les conventions en usage est la plus faible. L’intérêt que ces publics peuvent avoir pour des temps festifs, comme des vernissages par exemple, est un présupposé largement partagé par les professionnels, qui comptent fréquemment sur les temps d’ouverture pour favoriser l’entrée de ces visiteurs dans des lieux devant lesquels ils se contentent le plus souvent de passer. Ce présupposé est en partie confirmé par des études empiriques, telles que celle menée par J. Le Marec autour des évènements liés à la lecture qui lui permettent d’identifier non pas un public de la lecture, mais un public des médiations de la lecture (Le Marec, 2012).

La question qui nous occupe est donc celle-ci : comment l’évènementialisation de l’art contemporain affecte-t-elle la réception d’une telle culture savante par des publics non familiers ?

Afin d’y répondre, il convient de rappeler que le rapprochement de l’art novateur avec les habitants de la ville a toujours été une préoccupation forte pour les acteurs culturels et les responsables politiques ayant en charge le secteur des arts visuels, à travers leur volonté d’inscrire l’art dans la ville. Mais dans le même temps, cette préoccupation a favorisé l’autonomisation des pratiques et des programmations d’expositions, processus entrainant une étanchéité forte entre cet art et un public local peu initié. En conséquence, les exemples d’évènements que l’année 2013 a favorisés et intensifiés n’ont pu que contredire de façon marginale cette logique, sans parvenir à détacher l’art contemporain dans son ensemble des incompréhensions voire des rejets dont il fait habituellement l’objet.

Dans un premier temps, nous présenterons donc l’axe structurant autour duquel les manifestations en arts visuels se sont développées au cours de cette « année Capitale » : la logique de parcours à travers le territoire, en tant que clef de construction et de lecture des évènements. Nous montrerons également que cette volonté de rapprocher l’art le plus innovant de l’espace urbain relève en réalité d’un geste politique bien plus large, dont on retrouve les premiers ferments au milieu des années 1980, lorsque la Ville de Marseille s’est dotée d’une véritable politique sectorielle en faveur des arts visuels.

Dans un second temps, nous nous focaliserons sur l’étude d’un évènement caractéristique de cette logique de parcours, le Printemps de l’art contemporain (mai 2013), afin d’étudier par une enquête qualitative de type expérimental, la réception des expositions d’art contemporain par des publics marseillais peu connaisseurs. Nous en viendrons alors à relativiser l’impact de cette évènementialisation à l’échelle de la ville sur les habitudes de visites de ses habitants et leurs conceptions de l’art le plus récent.

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "Du territoire à ses habitants : effets et limites de l’évènementialisation de l’art contemporain comme outil de démocratisation," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/538.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *