Cirque en capitales : les enjeux d’une programmation et de ses publics

Synthèse de terrain de recherche par Marine Cordier, Emilie Salaméro, Magali Sizorn, Céline Spinelli et Elena Zanzu

— Bientôt disponible en format pdf —

***

Introduction

 

Parmi les nombreux spectacles programmés dans le cadre de Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la culture, le cirque a occupé une place singulière. Un « temps fort » lui a en effet été consacré juste après l’ouverture de l’année : du 24 janvier au 24 février, l’évènement « Cirque en capitales » a proposé plus de 200 représentations de 60 spectacles de cirque, tant à Marseille qu’à Aix-en-Provence, Arles, Martigues ou La Seyne-sur-Mer. Cette programmation d’envergure, portée par une multiplicité d’opérateurs culturels, a permis de totaliser plus de 60 000 entrées, et a ainsi été considérée comme l’un des succès de l’année 2013. En outre, au-delà de son caractère par nature éphémère, l’évènement Cirque en capitales préfigure une inscription plus durable du cirque au niveau du territoire : il est en effet la première manifestation de Marseille-Provence 2013 à bénéficier d’une pérennisation, sous la forme d’une Biennale internationale des arts du cirque (BIAC) qui aura lieu début 2015 sur le territoire de la région PACA.

En amont de l’étude des publics de cet évènement, il a semblé intéressant de s’interroger sur la genèse de celui-ci, afin de saisir comment le cirque est parvenu à occuper une place de choix dans la programmation d’une Capitale européenne de la culture, phénomène qui semble relativement inédit[1]. Cette forme d’expression longtemps tenue pour mineure n’a en effet accédé qu’assez récemment à la reconnaissance par les institutions, au travers notamment de l’Année des arts du cirque organisée en 2001-2002 par le Ministère de la Culture. En particulier les compagnies relevant du « cirque contemporain », en affirmant une démarche de création, ont pu bénéficier d’un soutien croissant de la part des pouvoirs publics[2], lequel s’est traduit notamment par une augmentation rapide du nombre de compagnies et de l’offre de spectacles dans ce domaine. De son côté, malgré l’existence de compagnies implantées depuis plusieurs années à Marseille et dans les environs, le territoire de Marseille-Provence ne semblait pas – à première vue du moins – particulièrement identifié aux arts du cirque, à la différence d’autres régions[3].

Comprendre l’inscription du cirque dans la programmation de l’année Capitale nécessitait de retracer le processus d’élaboration de l’évènement, depuis la candidature jusqu’à sa réalisation. Nous nous sommes donc intéressées dans un premier temps aux différents acteurs qui ont contribué à l’organisation de Cirque en capitales, celle-ci reposant sur une quinzaine de structures culturelles, situées dans différentes villes et relevant de statuts divers : à côté de lieux dédiés à la diffusion du cirque figuraient plusieurs théâtres ou scènes généralistes. Comment expliquer que l’ensemble de ces acteurs relativement hétérogènes aient été amenés à coopérer en vue d’élaborer une programmation commune consacrée au cirque ? Afin de répondre à cette question, entretiens ont été réalisés avec les responsables d’une dizaine d’institutions ayant pris part à l’évènement Cirque en capitales. Il s’agissait de comprendre quelle avait été l’implication de ces acteurs vis-à-vis de l’année Capitale et en particulier de saisir leurs attentes et leurs rôles spécifiques dans l’élaboration de la programmation cirque. Qu’est-ce qui avait motivé, pour chaque lieu, leur participation à ce processus collectif complexe et quels étaient les objectifs poursuivis ? On pouvait penser que le choix de donner une large place au cirque dans la programmation s’accompagnait d’attentes spécifiques en matière de fréquentation : en effet, les professionnels du secteur associent généralement celui-ci à un objectif d’élargissement des publics, y compris lorsqu’il s’agit de programmer des œuvres de cirque contemporain[4]. Ce type de questionnement nous a conduites à prendre pour objet les représentations que ces professionnels se font du cirque, lequel se voit généralement associé à des enjeux spécifiques, et également à étudier leurs propres perceptions des publics de cette discipline. Une telle approche visait à saisir de quelle manière ces professionnels, en tant qu’ « intermédiaires » entre les œuvres et les publics, ont pu contribuer au processus de « fabrication » de ces derniers, le choix des spectacles programmés et les modes de communication adoptés n’étant pas sans influer sur leur réception par les spectateurs.

Une seconde partie de l’enquête a porté de façon plus directe sur les spectateurs de cirque dans le cadre de Marseille-Provence 2013. Alors que la sortie au cirque compte parmi les pratiques culturelles les plus ancrées dans la population française, rares sont les enquêtes qui permettent de mieux connaître ses publics. À l’échelle nationale, l’enquête menée en 1992 a mis en évidence l’existence de logiques de fréquentation distinctes, liées aux évolutions esthétiques que la discipline a connues depuis la fin des années 70. Là où le cirque « traditionnel » attire un public familial et plutôt populaire, les spectateurs des formes « modernes », davantage issus des catégories moyennes et supérieures, se caractérisent par des attentes spécifiques[5]. Les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français révèlent que le cirque, tous genres confondus, figure parmi les sorties les plus accessibles[6]. Cependant d’autres enquêtes portant sur la fréquentation de certains équipements culturels ont permis de pointer les caractéristiques spécifiques des spectateurs de cirque contemporain : celui-ci attire avant tout un public plutôt jeune, urbain et diplômé, au sein duquel les catégories supérieures sont surreprésentées[7]. Si ces résultats tendent à relativiser fortement l’idée du caractère intrinsèquement « populaire » du cirque, ils pointent également la nécessité d’approfondir la connaissance de ces publics en tenant compte de la diversité des esthétiques, mais également des contextes dans lesquels s’inscrivent ces pratiques, au travers d’analyses ciblées à l’échelle d’un équipement ou d’un territoire donné. L’évènement Marseille-Provence 2013 constitue ainsi une opportunité pour mener une enquête territorialisée en situant l’étude des publics du cirque dans le cadre d’un espace-temps limité. Outre le recueil de données chiffrées, une approche qualitative associant observations et entretiens a été privilégiée. Celle-ci visait notamment à repérer l’existence de diverses modalités de fréquentation, en interrogeant les modes de réception des œuvres par les spectateurs. On s’est intéressé plus largement aux multiples représentations que ceux-ci se faisaient du cirque, et en particulier du cirque contemporain, tout en s’efforçant de voir si la programmation proposée dans le cadre de l’année Capitale contribuait à une évolution des perceptions et des pratiques.

En cherchant à relier l’étude des publics à la prise en compte du rôle des professionnels dans la construction d’une offre culturelle, cette enquête s’est ainsi efforcée d’articuler deux axes d’analyse relevant de la sociologie des publics d’une part, et des recherches portant sur la « médiation culturelle »[8] d’autre part. La présentation des résultats de cette enquête s’opère en trois parties. La première revient sur la genèse de l’évènement Cirque en capitales, en retraçant le rôle des acteurs interrogés, depuis la candidature de Marseille au titre de Capitale européenne de la culture jusqu’à l’élaboration de la programmation. La seconde partie analyse les représentations que ces différents professionnels se font du cirque, leurs attentes en matière de fréquentation, ainsi que leurs perceptions des publics de Cirque en capitales. Enfin la dernière partie est consacrée à l’étude des publics de l’évènement Des jours [et nuits] de cirque(s) qui s’est déroulé à Aix-en-Provence en septembre 2013.

[1] Des spectacles de cirque figuraient déjà dans la programmation d’autres capitales européennes de la culture, notamment à Lille en 2004, mais pas sous la forme d’un évènement autonome d’une telle ampleur.

[2] Voir notamment Wallon E., « La chose publique en piste », in Guy J.-M. (dir.), Avant-garde, cirque!, Les arts du cirque en révolution, Autrement, Paris, 2001, p.116-125

[3] On pense en particulier à la région Midi-Pyrénées qui mène une politique volontariste de soutien aux arts du cirque et communique sur celle-ci, à travers des actions telles que « Midi-Pyrénées fait son cirque » en Avignon.

[4] Cet objectif d’élargissement des publics se trouve notamment exprimé au sein de l’association Territoires de cirque, qui regroupe des structures mobilisées pour la diffusion de la discipline. « En même temps qu’évoluaient les esthétiques du cirque, ses publics se sont diversifiés et ont augmenté de façon significative. (…) En matière de diversification des publics, les festivals de cirque représentent, au cœur des projets artistiques, une forte valeur ajoutée pour les territoires. Leur nombre et leur attractivité grandissants en font des rendez-vous qui fédèrent un public de plus en plus large ».Territoires de cirque, « Cirque en campagne. 10 propositions pour mai 2012, une nouvelle politique du cirque en France », mai 2012, p.5

[5] Ceux-ci valorisaient avant tout l’esthétique et la créativité là où les spectateurs de cirque traditionnel privilégiaient le travail des artistes et leur courage. cf Guy J.-M., 1993, « La fréquentation et l’image du cirque », Développement Culturel, n°100.

[6] Les données issues de l’enquête sur les pratiques culturelles de 2008 montrent que le cirque se distingue par un taux de « non-public » très faible, seuls 22 % des Français de plus de quinze ans n’ayant jamais assisté à un spectacle. Ainsi « la rencontre du cirque au cours de la vie touche un nombre très important de Français. En effet, avec un taux de 14 % de fréquentation au cours des 12 derniers mois, le cirque est la 3e catégorie la plus fréquentée, derrière les spectacles de rue (34 %) et le théâtre (19 %) ». Babé L., Les publics du cirque, exploitation de la base d’enquête du DEPS Les pratiques culturelles des Français à l’ère du numérique – Année 2008, Repères DGCA n° 6, octobre 2012, p.2

[7] Ces traits sont notamment mis en évidence dans les études de publics réalisées par le Parc de la Villette à Paris. Cf Levy F., «À nouveaux cirques, nouveaux publics ? », in Guy J.-M. (dir.), Avant-garde cirque !, Paris, Autrement, 2001, p. 183-200.

[8] Cette notion, qui recouvre des réalités professionnelles multiples, est ici entendue au sens large, englobant différentes activités visant à faire le lien entre les œuvres et les publics. « Dans un contexte institutionnel, la notion de médiation culturelle se fonde sur la séparation des mondes de la création artistique et des publics : le médiateur serait celui qui dispose de connaissances et d’outils pour créer les conditions de leur rencontre ». Dufrêne B., Gellereau M., « La médiation culturelle. Enjeux professionnels et politiques », Hermès, n° 38, 2004, p.201

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "Cirque en capitales : les enjeux d’une programmation et de ses publics," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/544.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *