La place des festivals dans l’évènement Marseille-Provence Capitale européenne de la culture

Synthèse de terrain de recherche par Gabriel Matteï

— Téléchargez ce document de recherche en pdf

***

Introduction

Les Festival au cœur de l’Année Capitale

L’année 2013 a été l’occasion, à Marseille et dans sa région, d’un grand nombre et d’une grande diversité de festivals touchant à tous les domaines de création et disciplines artistique : musique, cinéma, écritures contemporaines, danse, théâtre, arts de la rue, photographie ou encore arts numériques. Si la plupart existent depuis bien avant son attribution du titre de « Capitale européenne de la culture », certains comme le Festival de Pâques, Août en Danse, Nous Serons Tous d’Ici, ou Cahiers de Vacances, pour ne citer qu’eux, ont vu le jour spécialement à cette occasion[1]. L’association Marseille-Provence 2013 qui « pilote, anime et coordonne le travail des acteurs culturels du territoire, en vue de la production de l’évènement »[2] Marseille Provence Capitale européenne de la culture, a fait des festivals, présentés comme emblématiques de l’identité culturelle du territoire, un des fers de lance de sa programmation :

« Ce territoire en pleine effervescence témoigne d’une vitalité culturelle et sociale unique. Il offre de multiples visages, tant géographiques, culturels que sociaux qui forment un ensemble contrasté, parfois contradictoire où la richesse rime avec diversité. Les trois épisodes qui articulent l’année 2013 […] racontent ces multiples facettes. Ils expriment l’hospitalité font la part belle aux paysages et soulignent la dynamique des festivals.[3] »

« Le temps des Festivals », élément moteur du deuxième « épisode » de l’évènement Marseille Provence Capitale européenne de la culture intitulé « À Ciel Ouvert », délimite la période du mois de juin au mois d’août 2013, pleine saison estivale : « Des dizaines de festivals se croisent et se font écho à travers des thématiques multiples. Le deuxième grand temps fort de la Capitale européenne de la culture est placé sous le signe du rêve et du lien.[4] » Cette période concentrant chaque année à Marseille, en effet, la plupart des festivals du territoire, bien qu’un certain nombre aient lieu lors de l’avant ou de l’après-saison.

Cette attention particulière portée aux festivals dans le déroulement de l’évènement Marseille Provence Capitale européenne de la culture répond à l’ambition déclarée de l’association Marseille-Provence 2013 de fédérer les publics autour d’évènements locaux qui soient transversaux, temporellement et géographiquement, à l’ensemble de la programmation prévue pour l’année 2013. J.F Chougnet, ex-directeur de Marseille-Provence 2013, explique les enjeux et les objectifs de la programmation festivalière durant l’évènement Marseille Provence Capitale européenne de la culture lors d’une interview donnée à Télérama à propos du festival Août en Danse :

« La grande critique que j’entends depuis mon arrivée, c’est qu’à Marseille, il se passe beaucoup de choses, mais que tout est beaucoup trop dispersé, si bien que le public s’y perd et passe à côté. Il est donc nécessaire de mettre en ordre cette offre culturelle, MP2013 peut jouer ce rôle. L’adhésion du public n’en sera que plus grande.[5] »

C’est dans cette perspective qu’une partie de l’offre festivalière du territoire de la région PACA s’est vue recevoir un soutien financier inédit jusqu’à lors, à travers la politique d’accompagnement mise en place par Marseille-Provence 2013 :

« Marseille Provence est par excellence la terre des festivals. Nombreux, variés, certains sont devenus, dans leur domaine d’expression, des références internationales incontournables. Notre démarche d’accompagnement des festivals sera à l’image et de la méthode et de la diversité des programmes et des modes d’actions que développe Marseille-Provence 2013 : principe de coproduction, participation au dispositif des ateliers de l’Euroméditerranée, développement de la commande artistique et des Actions de Participation Citoyenne.[6] »

Cette démarche d’accompagnement, commune avec celle développée pour les Ateliers de l’Euroméditerranée (AEM), et aux Actions de Participation Citoyenne (APC) et répondant à certains objectifs fixés en amont en vue de l’attribution du titre « Capitale européenne de la culture », a consisté en la mise en place d’opérations concrètes de coproduction et de labellisation « Marseille-Provence 2013 » de festivals existants déjà, ou de production de nouveaux, le plus souvent en partenariat avec des structures culturelles du territoire plus ou moins établies.

Le cadre de la politique d’accompagnement des festivals

La démarche d’accompagnement globale des manifestations culturelles mise en place par l’association Marseille-Provence 2013, dans laquelle prend place celle plus spécifique de soutien aux festivals du territoire, répond aux directives données par la commission Européenne, dans l’article 4 de « la décision 1622/2006/CE », pour l’attribution du titre de « Capitale européenne de la culture », selon lesquelles le programme proposé par les villes candidates se doit d’encourager « la participation des citoyens habitant dans la ville et ses environs [susciter] leur intérêt » et présenter « un caractère durable [en faisant] partie intégrante du développement culturel et social à long terme de la ville[7] ». Elle s’inscrit d’autre part dans celles du « Processus de Barcelone », accord mis en place en 1995 entre quinze pays membres de l’Union européenne en partenariat avec quatorze pays méditerranéens[8], « partenariat dans le domaine social, culturel et humain, visant à promouvoir la compréhension et le dialogue entre les cultures, les religions et les peuples, ainsi qu’à favoriser les échanges entre la société civile et les citoyens[9] ».

Selon la Commission européenne, l’implication de la ville de Marseille dans le Processus de Barcelone à travers le programme qu’elle a élaboré pour sa candidature a été un critère déterminant dans son attribution du titre de « Capitale européenne de la culture » en 2013. En effet, l’association Marseille-Provence 2013 s’est donné pour « mission » de « créer un grand évènement culturel populaire de dimension internationale » entre autres en « contribuant au volet culturel du processus de Barcelone par un dialogue des cultures entre l’Europe et la Méditerranée[10]», en se proposant de « soutenir la création et la diffusion d’œuvres ambitieuses en travaillant avec des artistes issus des pays de la Méditerranée et d’Europe[11]», mais également d’ « innover en matière d’intégration de la culture dans l’espace public et de relations entre culture et société[12]», d’ « impliquer les citoyens(ne)s du territoire Marseille-Provence 2013, à travers une approche participative et par un accès favorisé aux évènements » et de « donner du territoire de la capitale une image internationale, créative et accueillante[13].» Ces modèles d’actions publiques développés en faveur de la création artistique et des publics s’inscrivant dans des politiques plus globales de « démocratisation culturelle », initiées depuis les années 60 en France, « actions de prosélytisme, impliquant la conversion de l’ensemble d’une société à l’appréciation des œuvres consacrées ou en voie de l’être[14]» ayant pour but de « diffuser plus largement le goût de la « haute » culture[15]» en étant au service « de la frange avancée de l’art, de sa création et de sa diffusion.[16]»

Dans un premier temps, nous nous proposons d’étudier de quelle manière se sera concrètement organisé le soutien aux festivals du territoire durant l’évènement Marseille Provence Capitale européenne de la culture à partir des chiffres de fréquentation et de financements globaux des équipements culturels qui nous ont été fournis par Marseille-Provence 2013 à l’issue de cet évènement, comment cette démarche aura été mise en place pour répondre aux objectifs, que nous venons d’énoncer, que s’étaient donnés en amont l’association et, ensuite, comment elle a pu être facteur de tensions et de rejets de la part de certains acteurs les moins visibles du territoire. Nous verrons dans un second temps quelles sont les particularités des publics de festivals en France à partir de la synthèse deux grandes enquêtes faisant référence en la matière : Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique (O. Donnat) et Les publics des festivals (Négrier. E., Djakouane. Jourda. M-T…) afin d’effectuer une comparaison avec ceux ayant pris part à Marseille Provence Capitale européenne de la culture dans la limite des informations dont nous disposons concernant les publics des festivals à Marseille et sur le territoire PACA en 2013. Nous mettrons alors en regard ces résultats, quantitatifs, avec ceux, plus qualitatifs, que nous avons produits à partir d’une enquête sur les publics du festival d’arts numériques GAMERZ dans le cadre de l’évènement Marseille Capitale européenne de la culture (ayant labellisé ce festival).<a

Les festivals et Marseille-Provence 2013 entre collaborations…

L’hétérogénéité des festivals et les labellisations Marseille-Provence 2013

Nous avons opté pour répertorier dans un tableau (en annexe) les principaux festivals du territoire ayant été soutenus par Marseille-Provence 2013 par domaines de création (musique, cinéma, arts numériques, danse, théâtre, littérature, cirque…) en y faisant figurer, lorsque nous disposions des informations, leurs taux de fréquentation, la nature (production directe, coproduction ou labellisation) ainsi que la hauteur du financement fourni par l’association pour l’année 2013. Toutes les informations contenues dans ce tableau, ainsi que la liste des festivals que nous avons pu recenser, la plus exhaustive possible bien qu’elle ne puisse l’être complètement, provenant des bases de données produites par Marseille-Provence 2013 concernant les chiffres de fréquentation et de financement de tous les équipements culturels soutenus durant l’année 2013, ou de leur programme officiel. Si nous avons choisi de réunir l’ensemble de ces festivals par domaines de création (en choisissant celui qui, pour chaque festival, y est le plus représenté) afin de pouvoir effectuer des comparaisons pertinentes (entre festivals et entre domaines de création), il est important de noter qu’un grand nombre d’entre eux pourraient être qualifiés de « pluridisciplinaires » mêlant différents arts (musique, théâtre, danse, performance, etc.) ou différentes esthétiques (musiques électroniques, rap, rock, etc.). À titre d’exemple, nous pouvons citer le festival ActOral, acteur majeur du développement et de la visibilité des écritures dites « contemporaines » sur le territoire qui, chaque année, invite autant « des écrivains, des metteurs en scène, des chorégraphes, des plasticiens, des poètes [que] des cinéastes »[17].

Nous avons par ailleurs décidé de créer dans ce tableau une catégorie particulière en vue d’y classer certains festivals, celle d’ « Espace public et grands rassemblements » tenant à ce qu’à d’exceptionnel pour une ville de se voir attribuer le titre de « Capitale européenne de la culture », c’est-à-dire des moyens inhabituels qui sont mis en œuvre à cette occasion[18]. Ainsi cette catégorie se distingue de celle des « Arts de la rue » étant donné qu’elle regroupe des manifestations qui ne relèvent pas de cette forme d’art, mais d’autres domaines de création (par exemple, Transhumance qui a consisté en une traversée de Marseille de « cavaliers Provençaux accompagnés par des troupeaux de chevaux de Camargue, cavaliers italiens, rejoints par les attelages de chevaux lourds, et bergers »[19] ayant réuni plus de 330 000 spectateurs). Les festivals que nous avons classés dans cette catégorie se distinguant, d’autre part, de ceux qui l’ont été en fonction de leur domaine de création spécifique en raison du fait qu’ils se soient tenus en quasi-totalité dans l’espace public en jugeant ce critère comme un facteur déterminant des pratiques et types de publics qui leur auront été associés (par exemple Mots et Merveilles, festival de littérature ayant rassemblé environ 40 000 spectateurs, qui s’est donné pour ambition d’inscrire « dans l’espace public une narration poétique, une écriture aussi textuelle que visuelle qui apporte un supplément de sens et de sensations à notre environnement quotidien[20]» se distinguant par exemple du festival de littérature ActOral qui s’est déroulé dans des structures telles que le Théâtre du Merlan, le GRIM ou encore KLAP).

[1] http://www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Dossiers/Marseille-Provence-2013-capitale-europeenne-de-la-culture

[2] http://www.mp2013.fr/les-fondamentaux-du-projet/

[3] http://www.mp2013.fr/pro/files/2012/07/MP2013-24p-dpsynthese-page.pdf

[4] Ibid.

[5] http://www.telerama.fr/scenes/marseille-se-reveille-avec-aout-en-danse,101322.php

[6] http://www.mp2013.fr/au-programme/festivals-du-territoire/

[7] http://ec.europa.eu/index_fr.htm

[8] Dont l’Algériela Palestine, l’ÉgypteIsraël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Syrie, la Tunisie et la Turquie.

[9] http://ec.europa.eu/index_fr.htm

[10] http://www.mp2013.fr/

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid.

[14] MOULIN .R, L’artiste, l’institution et le marché, Flammarion, Paris, 2009, p.90.

[15] BECKER. H.S, Les mondes de l’art, Flammarion, Paris, 2010, p. 199.

[16] MOULIN .R, L’artiste, l’institution et le marché, Flammarion, Paris, 2009, p.92.

[17] http://www.actoral.org/actoral/presentation

[18] Sur ces grands évènements voir le rapport de l’ AGAM : Marseille Provence 2013 : analyse des grands évènements en espace public, juin 2014 disponible sur le site : http://www.agam.org/fr/outils/actualites/actualite-simple/archive/2014/juin/17/article/etude-marseille-provence-2013-analyse-des-grands-evenements-en-espace-public.html

[19] http://www.mp2013.fr/evenements/2013/06/arrivee-de-la-transhumance-a-marseille/

[20] http://www.mp2013.fr/evenements/2013/06/mots-et-merveilles-2/

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "La place des festivals dans l’évènement Marseille-Provence Capitale européenne de la culture," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/547.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *