Le GR®2013 : à la croisée des cultures de la randonnée.

Synthèse de terrain de recherche par Vincent Guillon

— Téléchargez ce document de recherche en pdf

***

Le GR®2013 est sans doute le « monument » de Marseille, Capitale européenne de la culture le plus inattendu au regard du catalogue de propositions culturelles désormais assez convenu auquel se conforment généralement les villes détentrices du fameux label européen : l’ouverture d’un équipement prestigieux, une friche reconvertie en lieu de culture, la rénovation d’une auguste institution artistique, de grandes fêtes dans l’espace public, etc. Que vient faire un sentier de randonnée pédestre dans cette histoire de territoires urbains en quête du sésame culturel qui assurera leur transition post-industrielle (en apparence tout au moins) ? Certes, depuis l’épopée de Glasgow en 1990 (Mooney, 2004), le label fleuretait déjà avec des visées de plus en plus extrinsèques au secteur de la culture : régénération urbaine, développement économique, marketing territorial, etc. Mais la réalisation d’un chemin de grande randonnée – qui plus est consacré par la fédération sportive ad hoc avec l’obtention de sa marque déposée la plus prestigieuse (GR®) – demeurait jusque-là un genre inédit au sein d’une Capitale européenne de la culture. L’avenir nous dira s’il deviendra, par effet de mimétisme d’une ville lauréate à l’autre, un classique de la labélisation culturelle européenne ou s’il restera un cas unique. Quoi qu’il en soit, la création très médiatisée de ce sentier de randonnée interpelle quant au glissement dans le champ de la culture – tel qu’il est délimité par les instituons en charge du soutien à la vie culturelle et artistique – d’une pratique jusque-là majoritairement qualifiée de sportive et organisée selon les normes en vigueur dans ce secteur spécifique des loisirs de plein air.

Comme le nombre de jours d’une année que les édiles locaux voulaient « capitale », le GR®2013 s’étend sur 365 km que l’on peut parcourir en 20 étapes. Le tracé forme un huit qui enlace les deux vides métropolitains formés par l’étang de Berre et la Chaîne de l’Étoile. Alternant des paysages urbains et périurbains, agricoles et industrialisés, il couvre un territoire anthropisé des Bouches-du-Rhône et polarisé par la métropole d’Aix-Marseille. Il cherche à dépasser la distinction habituelle entre nature et ville (Barthélémy, 2013), travaillant la frontière entre les deux telle qu’elle se configure aux marges de la métropole ou dans ses interstices. Initié par l’éditeur marseillais Baptiste Lanaspeze et réalisé avec le concours de la scène locale des artistes-marcheurs, ce sentier et le topoguide qui lui est consacré ont pour ambition de façonner de nouvelles représentations de l’espace métropolitain ; ou, selon les termes de son concepteur, de « dresser un état des lieux du paysage tel que les hommes l’ont modifié, de tracer un fil rouge entre toutes les communes de ce territoire balkanisé, de faire un inventaire contemplatif de l’absurdité de la ville contemporaine et de ses beautés cachées »[1]. Œuvre artistique utilisant le système de balisage de la Fédération française de Randonnée Pédestre (FFRP) pour permettre une exploration culturelle d’un territoire périurbain, le GR®2013 s’accompagne de beaucoup d’incertitudes quant aux publics qui le fréquentent : quels sont les profils de ces randonneurs ? Comment définissent-ils, interprètent-ils et construisent-ils leur pratique de la randonnée sur ce sentier ? Quels effets cette expérience a-t-elle sur leur connaissance et leur représentation du territoire métropolitain ?

C’est à ces interrogations que nous avons souhaité apporter quelques éclairages au cours d’une enquête qualitative menée en 2014 sur la création du GR®2013 et ses « publics ». Nous avons mis l’accent sur deux caractéristiques de ce sentier en observant les évolutions ou les résistances qu’elles provoquent au niveau des pratiques de la randonnée : d’une part, la dimension périurbaine de l’environnement à travers lequel le GR® chemine ; d’autre part, la diversité des logiques qu’il renferme dès sa conception : artistiques et culturelles, sportives, touristiques ou encore politiques. Il est difficile d’évaluer le nombre de randonneurs qui ont foulé une ou plusieurs fois le GR®2013 depuis son inauguration en mars 2013. La seule indication fiable que nous possédons est le nombre de topoguides vendus : plus de 12 000 exemplaires en un an, soit environ 4 fois plus que dans le cas du GR®20 habituellement en tête du « hit-parade » des ventes de topoguides en France. Sachant qu’un même exemplaire est souvent utilisé par plusieurs randonneurs, on peut en déduire que le GR®2013 bénéficie d’une fréquentation publique plutôt élevée.

Dans un sens anthropologique, la marche est à n’en pas douter une pratique culturelle : selon les sociétés et les époques, elle change de statut et de signification : marches des populations nomades, marches des Compagnons du Tour de France, marches des soldats, marches des pèlerins, marche de protestation, etc. Toutes ces marches constituent un moyen d’atteindre un but supérieur : se nourrir, faire du commerce, travailler, conquérir ou revendiquer. La randonnée comme activité spécifique, qui se suffit à elle-même, n’apparait qu’à la fin du XIIIe siècle : marcher pour le plaisir (de Baecque, 2014). Des premiers mouvements des excursionnistes aux vacances du Front populaire, la randonnée s’est progressivement développée en une pratique de masse associée aux loisirs sportifs et à la découverte des espaces naturels. Grâce au soutien du Camping Club de France, le premier GR® est créé en 1947 avec son système de balisage, toujours en vigueur, composé de deux traits rouge et blanc. La France compte aujourd’hui 343 GR® et environ 180 000 kilomètres de sentiers balisés[2] qui sont pratiqués par plus de 3 millions de randonneurs selon les estimations les plus basses, c’est-à-dire en excluant la simple balade ou la marche utilitaire (Lefèvre, 2002). On peut ainsi parler d’une véritable « culture de la randonnée » dans la plupart des pays occidentaux qui s’est structurée dans le giron des fédérations et des clubs d’activités sportives et de plein air.

Résultat de ce processus d’institutionnalisation, la randonnée se voit exclue du champ des enquêtes sur les pratiques culturelles, qui recoupe en grande partie la définition institutionnelle du domaine d’intervention du ministère de la Culture (Donnat, 2010). Au mieux, la randonnée est considérée comme « culturelle » lorsqu’elle est associée à des circuits patrimoniaux (Corneloup et al, 2006) ou encore lorsqu’un sentier constitue le support de réalisations artistiques pour « dire » le paysage (Négrier, 2008). Et qu’en est-il si le tracé d’un sentier est le résultat – et non pas le simple support – d’un travail de création artistique ? Autrement dit, lorsqu’un artiste ou un groupe d’artistes est l’auteur du tracé de sentier. Les randonneurs qui le pratiquent n’ont-ils pas une activité de participation liée à la vie intellectuelle et artistique, qui engage des dispositions esthétiques et contribuent à la définition de styles de vie ou d’identités culturelles – tels que sont généralement délimitées les pratiques dites « culturelles » (Coulangeon, 2010) ? Il n’est pas dans nos intentions de discuter ici des fondements des catégories sociologiques et politiques des pratiques sportives et culturelles. Néanmoins, les particularités du GR®2013 et du cadre institutionnel de son élaboration (1) incitent à « changer de lunette » par rapport aux classifications habituelles et à s’intéresser aux différentes modalités de pratique de la randonnée (2).

[1] Entretien avec Baptiste Lanaspeze, fondateur des éditions Wildproject et concepteur GR®2013, le 15 juin 2013.

[2] Voir les statistiques du ministère de l’agriculture : http://agriculture.gouv.fr/ffrp-federation-francaise-de

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "Le GR®2013 : à la croisée des cultures de la randonnée.," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/550.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *