Marseille Provence 2013 : Mobilisation, engagement ou critique ? Entre soutien à la création et programmation « festive » dans le contexte musical de la Capitale européenne de la culture

Synthèse de terrain de recherche par Nicolas Debade

— Téléchargez ce document de recherche en pdf

***

Introduction

Il y a pratiquement deux ans, les différentes structures culturelles marseillaises étaient dans les « starting blocks », vigilantes, inquiètes, voire en colère, mais rarement indifférentes à l’évènement qui se préparait pour Marseille, Capitale européenne de la culture. Il y avait de ça quatre ans (en 2009) que Marseille avait été désignée pour succéder à Lille, précédente Capitale culturelle française en 2004. Les différents enjeux en restaient complexes, entre les problématiques et retombées économiques, touristiques et politiques liées à la programmation, aux plans d’urbanisme, soutien aux structures présentes, et la création d’une programmation de projets propres à cet évènement. Étudiant en 2004, j’avais pu dès lors étudier et suivre les préparations de cet évènement « capital(e) ». Je suis à présent chercheur et je travaille en tant que doctorant au GRIM, une structure musicale dédiée aux musiques improvisées et expérimentales, qui me fournit alors une place de choix en tant que spectateur, public et sociologue lors de cet évènement. Le GRIM a fait parti du programme officiel de Marseille Provence 2013 qui a soutenu la structure pour ses évènements (le festival « Nuit d’Hiver » et la création d’évènements mensuels, les « Impasse Invaders »), mais nous avons continué de suivre la philosophie du lieu : soutenir des artistes, créateurs, musiciens et compositeurs, ainsi que des évènements qui nous tenaient à cœur (notamment dans le cadre du « OFF », avec le Festival International du Film Chiant). J’ai pu assister à de nombreux concerts et évènements lors de 2013, autant dans le OFF, le IN ou tout évènement sans lien avec l’association MP2013. J’ai pu aussi assister à l’émergence (mais aussi à la fermeture) de structures musicales ou festivals. Je vous propose ainsi dans ce cadre-là d’étudier le contexte particulier de cette année, de questionner à la fois la programmation, les différents types d’évènements et proposer une réflexion sur les manières possibles de concevoir le(s) public(s), que j’ai pu(s) observer, et dont je fais également partie.

Par conséquent, j’ai décidé d’étudier les différents types de propositions musicales, en fonction de leur rapport à l’association organisatrice Marseille Provence 2013 (MP2013), d’étudier la distribution spatiale des lieux de musique à Marseille, mais aussi de questionner l’implication des publics et leur engagement pour en proposer une catégorisation spécifique. Je me suis appuyé méthodologiquement à de l’observation participante impliquant non seulement mon rôle « d’acteur-observateur » lié à mon statut particulier au sein d’une structure musicale, mais également des notes en lien aux évènements vus et étudiés, ainsi que les personnes rencontrées. J’ai également suivi la presse et ce qui se disait autour des évènements (commentaires d’articles, réseaux sociaux, conversations entendues ou échangées). Il est évident que d’étudier -seul- une thématique à l’ampleur aussi vaste que « la musique à Marseille durant l’année de la Capitale européenne de la culture » ne me permet pas d’être d’une exhaustivité absolue[1]. Cependant, par l’expérience qui a été la mienne, aussi modeste que passionnée, j’ai tenté par certains exemples de lancer quelques problématiques et d’éclairer le lecteur curieux, soucieux d’appréhender les enjeux soulevés par une Capitale européenne de la culture dans le cadre de sa programmation musicale, notamment celle liée à la création musicale et aux musiques actuelles, tout en ouvrant à des problématiques plus générales sur le spectacle vivant et la programmation culturelle.

[1] Ainsi, je n’ai pu cantonner mon étude qu’à certains évènements liés aux musiques actuelles et à la « création musicale », faisant ainsi le choix de faire l’impasse ou de n’effleurer les festivals de musique classique et de musiques du monde, du jazz par exemple, et de me restreindre à l’étude de Marseille, laissant de côté les propositions musicales ayant eu lieu à Aix-en-Provence, Martigues, Istres ou Arles, entre autres.

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "Marseille Provence 2013 : Mobilisation, engagement ou critique ? Entre soutien à la création et programmation « festive » dans le contexte musical de la Capitale européenne de la culture," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/556.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *