L’art, la culture et l’engagement militant dans le Grand Saint Barthélemy. Des considérations sur le contexte social et politique du conflit Jardins Possibles.

Synthèse de terrain de recherche par Ben Kerste

— Téléchargez ce document de recherche en pdf

***

Introduction

« Pour être la métropole capitale de l’Euro Méditerranée », la ville de Marseille vise à aiguiser et améliorer « ses capacités d’innovation et de création en matière scientifique, technologique, environnementale, universitaire, culturelle et architecturale[1] ». Dans ce sens, l’art et la culture en général, des évènements comme Marseille-Provence 2013 et des équipements culturels comme le MuCEM en particulier sont intégrés dans des stratégies d’attractivité urbaine et d’innovation économique. Localisée notamment dans des périmètres et sur des axes identifiés comme « emblématiques », cette stratégie vise à faire (re-)venir dans le centre de la ville des classes sociales aisées ainsi que des touristes, des talents et des investisseurs privés.

Dans ce contexte, on a pu observer de multiples formes de mobilisation qui mettaient en cause le rôle de l’artiste local pendant 2013 (Marseille Off), qui s’interrogeaient sur le lien entre projet culturel, économie urbaine et sur la gentrification (Pensons le Matin), qui se réappropriaient un espace public perçu comme aseptisé (Pirate Punk, Carnaval de La Plaine) et qui dénonçaient le gaspillage des fonds publics pour l’organisation d’un concert de David Guetta (Commando Anti 23 juin).

Peu nombreux, par contre, étaient ceux qui ont publiquement formulé et rendu visible ce positionnement critique. La presse et certains acteurs culturels et politiques locaux se contentaient de répéter sans cesse la formule « Il y a le In, le Off et l’Alter-Off » sans chercher à identifier la multitude des petites et grandes initiatives qui ont eu lieu pendant l’année 2013 et qui sont restées dans l’ombre, dans la continuité de leur parcours, dans ce que j’appelle « l’ailleurs ».

Des exceptions consolident cette observation : en novembre 2012, un ensemble d’acteurs associatifs issus du Grand Saint Barthélémy, dans le 14e arrondissement au nord de Marseille, s’est retiré du Quartier Créatif Jardins Possibles en dénonçant cette intervention artistique comme une « vitrine culturelle » qui masque des conflits de « l’histoire des dominations sociales et postcoloniales que nos quartiers connaissent[2] ». La notion du Grand Saint Barthélémy (GSB), pour ces acteurs associatifs et une (petite) partie des habitants, fait appel à 40 ans de tradition de lutte sociale. Sur le fond de cette tradition et des notions locales d’une culture engagée, d’une action collective solidaire et d’une méfiance institutionnelle et institutionnalisée, cet article vise à (re-)situer le conflit actuel pour pouvoir prendre la mesure.

[1]

Marseille Provence – Métropole euroméditerranéenne des échanges et de la connaissance. Une stratégie de développement économique pour 2008 – 2014. Décembre 2007.

[2]   Pour accéder cette lettre : http://www.marsactu.fr/culture-2013/des-associations-de-la-busserine-ecrivent-a-aurelie-filippetti-29372.html

Pour citer cet article : AUTHOR/S, "L’art, la culture et l’engagement militant dans le Grand Saint Barthélemy. Des considérations sur le contexte social et politique du conflit Jardins Possibles.," in Public(s) ISSN 2553-5722, 18/09/2016, http://publics.hypotheses.org/559.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *