Parlons Publics ! Retour sur la question des publics et non-publics et la genèse de l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture

salle du ZEF à Marseille pendant la Journée de l'Observatoire : le public écoute la présentation des chercheurs Sylvia Girel, Maria Elena Buslacchi, Elisa Ullauri-Lloré, Sami Dendani, Alexia Cappuccio, Rémi Boivin

Parlons publics ! au ZEF à Marseille, le 19/12/2023

Le 19 décembre 2023, l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture a proposé sa matinée annuelle de présentation des enquêtes, des résultats et des projets à venir. L’occasion de revenir sur la genèse de ce dispositif et sur la question des publics et non-publics autour de laquelle il est construit.

Publics ou non-publics, telle est la question ?

Nous sommes tous publics, profanes et/ou experts selon les domaines et formes de création, de culture considérés et nous avons tous à faire dans nos professions à des publics, que ce soient des visiteurs, des spectateurs, des étudiants, des destinataires, des clients, des citoyens… Nous avons tous aussi des opinions et des représentations sur nos publics, sur le grand public, sur certaines catégories de publics, sur les non publics… Bref, il faut déjà s’entendre sur la notion de public.

« ceux qui sont indirectement et sérieusement affectés en bien ou en mal forment un groupe suffisamment distinctif pour requérir une reconnaissance et un nom »

John Dewey, Le Public et ses problèmes, 1927

Sans vouloir refaire ici l’historique des concepts de public et non-publics en sociologie précisons juste que s’il existe une diversité de publics que l’on désigne comme étant ces groupes qui se construisent autour d’une offre culturelle et que l’on peut catégoriser et décrire selon une pluralité de critères[1], il existe tout autant une diversité de non-public, des publics absents à ceux indifférents, en passant par les résistants, les réfractaires et les méconnaissants.

Les publics sont souvent considérés et appréhendés comme un collectif construit, assez homogène et auquel on s’adresse avec une offre culturelle et des actions, des dispositifs de médiation, des propositions que l’on suppose ajustées à leurs attentes, ou celles que l’on a construit comme telles ; mais malgré toute la qualité de ce qui proposé par les lieux culturels, certaines catégories de publics restent absentes et indifférentes.

Ce n’est pas toujours les catégories auxquelles on aurait de prime abord pensé qui sont absentes, et pour ceux-là mêmes qui viennent, une fois quelques chiffres fournis sur qui ils sont et leur degré de satisfaction, on ne sait pas toujours comment ils sont venus à la rencontre des arts et à la culture, ce que cela a comme effet sur leur parcours, leur vie, comment ils en parlent à leur proches, comment l’art prend place dans leur vie quotidienne. Il s’agit ici de dépasser la logique des « pratiques – dites – culturelles ».

Nous tous et toutes nous appartenons à une ou à des catégories de publics et de non-publics (nous n’allons pas tous dans tous les lieux de la scène artistique marseillaise par exemple, nous ne sommes pas tous amateurs d’art contemporain ou d’Opéra, de cinéma ou de danse) ; mais nous sommes aussi tous plus ou moins publics, parfois pas encore publics, d’autre fois plus du tout publics, et bien souvent nous sommes différemment publics, selon les formes de création et de culture qui nous sont proposées, selon les contextes, ou encore selon les moments de notre vie. Je renvoie chacun à réfléchir à sa propre manière d’être public et non-public.

Du public d’une institution à une approche territorialisée

De fait, si bien connaitre les publics est nécessaire au pilotage et bon fonctionnement d’une structure culturelle, ou de toute structure d’ailleurs (éducative, sociale, économique….) identifier ceux qui ne viennent pas ou ceux qui vont chez l’institution voisine l’est tout autant. Si cette approche n’est pas systématiquement adoptée, la raison est que ce mode opératoire nécessite une démarche contextualisée, compréhensive, quantitative et qualitative qui dépasse la simple identification et description classique des publics. L’expérience de recherche structurée sur les publics et les pratiques culturelles depuis les années 90 a fait émerger la nécessité de développer ce lien recherche-action à partir des exigences de la méthodologie sociologique. C’est à partir de ces constats que l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture a été créé, un dispositif à même de produire des études de terrain qui puissent prendre en compte la complexité « d’être public » et de « faire public », et ce grâce notamment à des techniques, comme la comparaison ou les enquêtes multi-sites, que les études focalisées sur une seule institution ne permettent pas de saisir. Cette dimension territorialisée est aujourd’hui encore largement sous-explorée dans le monde le la culture. S’il y a des enquêtes nombreuses sur les publics et les pratiques , et des structures qui s’en chargent (ministères, cabinets d’études, services des publics des musées, structures dédiées…), il n’y pas d’observatoire territorialisé à l’interface des mondes de la recherche et des mondes sociaux et culturels, qui s’appuie sur les savoirs et savoir-faire des chercheurs tout en construisant un travail collaboratif avec les acteurs des mondes sociaux et culturels. On observe encore souvent une absence de résultats et connaissances sur des structures, territoires et événements.

Retour sur 2013 et au-delà

Revenons en arrière : lorsque s’est présentée l’année capitale européenne de la culture à Marseille, en 2013, le constat était celui de l’absence de données globales sur les publics sur le territoire. Les études qui existaient étaient très disparates et dispersées et, de ce fait, il s’avérait difficile de mesurer ce qui allait se passer, quels publics allaient venir, comment allaient-ils se distribuer, se construire face à une offre culturelle renouvelée. D’ailleurs, aucune capitale de la culture n’avait jusqu’alors lancée d’études de publics approfondie et d’envergure, toutes s’en tenant le plus souvent à une mesure d’impact économique et à établir la fréquentation des événements. L’idée de lancer et coordonner un programme précurseur et inédit sur les Publics et pratiques culturelles dans une capitale européenne de la culture (MP2013) a permis une enquête pilote, collective et collaborative, conduite avec de jeunes chercheurs et de poser ainsi les bases de ce que pourrait être un Observatoire des publics et des pratiques de la culture.

Une autre étape a été décisive, elle renvoie à ce constat de l’absence d’études même en interne de l’établissement d’Aix Marseille Université.  Il s’agissait, en 2016, de s’intéresser à la diffusion de la culture scientifique et aux nombreuses actions menées par la « cellule » (ou du même nom). Si l’offre, la réussite ou l’échec des projets (évalués par la mesure de la fréquentation et le retour des intervenants) faisait l’objet d’attention, la réception des publics et les effets produits par la communication et la médiation des résultats de la science échappaient aux investigations. A la demande de la Région Sud, puis en collaboration avec la cellule Culture scientifique, le LAMES – Laboratoire méditerranéen de sociologie a alors lancé des études sur le rapport à la sciences et la manière dont se construit une culture scientifique auprès de collégiens/lycéens/ doctorants/et du grand public.

Recherche-action, un enjeu fort dans le dialogue sciences et société

Ces jalons et acquis, la réflexion, le recul, l’expertise que cela a permis de rendre visible, ont permis de penser une structure de type Observatoire qui, en proposant d’allier la rigueur et l’exigence scientifiques à l’expertise professionnelle en termes de méthodologie d’enquête et d’analyse, se situe ainsi à l’interface de la recherche scientifique et des mondes de la culture, des mondes sociaux.  Un tel dispositif produit en effet des résultats de recherche qui peuvent aider à répondre à la demande croissante d’études de publics et de pratiques dans tous les domaines de la culture (artistique, numérique, scientifique, médiatique…), mais plus largement dans différents domaines de la vie sociale. Lorsqu’il s’agit, alors, de mesurer l’impact d’une action, cela se fait en intégrant la spécificité des structures et projets étudiés, en créant des indicateurs qui dépassent l’aspect purement économétrique pour allier les méthodes quantitatives et qualitatives de manière ajustée. Le but est d’arriver avec les partenaires et les publics et non-publics concernés à des préconisations concrètes, de les discuter et de tester des solutions adaptées, souvent exploratoires, élaborées de manière participative. Cela permet aussi de formaliser des protocoles d’enquête et d’action, d’imaginer des outils réplicables et utilisables par les structures, qui s’insèrent ainsi dans une logique d’analyse et d’action qui dépasse leur seul périmètre.

Les terrains investis sont aujourd’hui très variés, et la matinée a permis de parler de « Culture(s) scientifique(s) », de « Villes, quartiers, publics et non-publics de proximité » avec les exemple de Marseille (Joliette, Belsunce et quartier de l’Opéra) et Arles, des « Publics jeunes », et des projets à venir. Suivez l’actualité de Public(s) pour retrouver toutes les synthèses des présentations qui seront publiées dans les semaines qui viennent !

par Sylvia Girel, sociologue, professeur des universités à Aix-Marseille Université
coordinatrice de l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture

 

[1] Catégories socio-demographiques comme l’âge, sexe, profession, niveau d’étude, lieu d’habitation… ou par rapport à des critères liés aux pratiques elles-mêmes, lesquelles, dans quel domaine de création, avec quelle intensité de fréquentation, dans quels lieux…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Publics (22 décembre 2023). Parlons Publics ! Retour sur la question des publics et non-publics et la genèse de l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture. Public(s) ISSN 2553-5722. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vejl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search