Les pratiques culturelles des étudiants en France : quelles perspectives pour une enquête locale ?

Ce billet est publié suite à la rencontre du 19/12/23  Parlons publics ! où étaient présentées les enquêtes réalisées par l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture et celles à venir

L’Observatoire des publics et des pratiques de la culture lance une vaste recherche sur les pratiques culturelles des étudiants d’Aix-Marseille Université. Ainsi, ce billet a pour objectif de dresser un panorama des enquêtes produites en France sur le sujet et d’en tirer des pistes à la fois thématiques et méthodologiques.

Etudiants sur le campus Aix Schuman, mai 2023, © Elea ROPIOT

Au niveau national, il existe trois types d’enquête traitant des pratiques culturelles des étudiants : – les enquêtes « Conditions de vie des étudiants » menées par les observatoires de la vie étudiante (OVE), – des enquêtes spécifiques menées au sein des universités par des enseignants, des étudiants, des agents de bibliothèques, – et des enquêtes nationales, telles que celle du Département des Études de la Prospective, des Statistiques et de la documentation (DEPS) du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français, ou encore celle de l’Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire (INJEP) sur les pratiques artistiques et culturelles des jeunes.

 

Parmi l’ensemble de ces enquêtes, il est intéressant de noter quelques résultats saillants et récurrents ainsi que des dimensions absentes ou peu étudiées. Les principaux résultats concernent le classement des sorties culturelles des étudiants et les freins aux activités culturelles. Les éléments peu investis, mais qui semblent pertinents pour traiter des pratiques culturelles des étudiants sont les pratiques artistiques et créatives amateurs. Les pratiques numériques de plus en plus importantes dans le quotidien des étudiants sont également étudiées comme des pratiques culturelles, notamment par l’enquête du DEPS.

Les résultats concernant les sorties culturelles des étudiants sont souvent mis en relation avec les offres culturelles des établissements, néanmoins les données systématiquement présentes dans les rapports se consacrent à leur classement. Dans le haut des classements, le cinéma atteint toujours la première place, suivi de près par la visite de musées ou d’expositions, et par les soirées étudiantes ou en discothèque. Dans le bas du classement, dont l’ordre dépend des enquêtes, se situent l’opéra, la danse, les débats/conférences hors études et les événements littéraires.

Concert donne par l’orchestre d’Aix-Marseille Université OSAMU & Co a la Friche Belle de Mai, dirigé par Sebastien Boin. © Ana Belen FAUCHIER ARANDA

Les freins sont de manière récurrente étudiés pour comprendre les raisons de la non-pratique d’activités culturelles des étudiants. Ils peuvent être matériels (coût trop élevé, manque de temps), personnels (manque d’intérêt, manque d’envie, timidité) ou encore symboliques, du fait de l’origine sociale et d’une éducation ou non aux pratiques artistiques et culturelles.

En dépit d’un essoufflement, particulièrement chez les jeunes (15-28 ans), des pratiques culturelles en amateurs (Lombardo, Wolf, 2020), et d’un manque d’attrait pour ces questions du point de vue des enquêtes, certaines universités s’y intéressent (notamment l’Université de Nice Sophia-Antipolis) dont les résultats rentrent en concordance avec ceux du rapport de l’INJEP (qui ne concerne pas que les jeunes étudiants, mais les jeunes de manière générale). Se hissent en haut du classement la musique et le chant, les travaux manuels, décoration et jardinage, la photographie et la vidéo ou encore la danse, la peinture, le dessin et la sculpture. La création numérique (musique, vidéo, dessin, site web, blog, chaîne YouTube …) fait également son entrée dans le classement, permettant de mettre au jour un troisième aspect important des enquêtes, l’essor des pratiques culturelles numériques.

Face à une baisse tendancielle de la lecture papier, de l’écoute radiophonique, du visionnage de la télévision et à une décroissance des pratiques culturelles liées au patrimoine (Girel, 2021), il est intéressant de constater un développement considérable des pratiques culturelles numériques. Visionnage de films et écoute de musiques en streaming, recherche et téléchargement d’images, de films, de musiques, lecture en ligne, jeux vidéo en ligne, utilisation croissante des réseaux sociaux, autant de pratiques qui tendent à s’institutionnaliser comme partie intégrante de la culture contemporaine.

Que pouvons-nous tirer comme conséquences des thématiques abordées et des résultats produits par ces enquêtes pour la recherche menée sur les pratiques culturelles des étudiants d’Aix-Marseille Université ?

La culture n’est pas qu’artistique : longtemps assimilées aux sorties, particulièrement artistiques, les enquêtes sur les pratiques culturelles ont souvent invisibilisé les pratiques de la culture numérique et de la culture scientifique. Alors que les créations et pratiques numériques connaissent un essor auprès des jeunes, y compris les étudiants, les enquêtes commencent à les questionner. Toutefois, la culture scientifique demeure une grande absente.

De nombreuses initiatives manquent de détails : mise à part la grande enquête du DEPS sur les pratiques culturelles des Français, aucune enquête localisée ne rentre dans le détail et dans la globalité des dites pratiques culturelles.

De nombreuses enquêtes demeurent sans résultats disponibles : un nombre conséquent d’enquêtes, en termes de méthodologie et de résultats, sur les pratiques culturelles, reste indisponible. Quelques rapports sont mis en ligne, mais les jeux de données ne le sont à aucun moment.

L’Observatoire des publics et des pratiques de la culture propose dans ce sens une enquête globale, détaillée, en dedans et en dehors de l’université, tenant compte des sorties, mais également des pratiques amateurs, et intégrant les dimensions relatives à la culture numérique et à la culture scientifique, dans une démarche de science ouverte et de partage des données.

En termes méthodologiques, l’enquête se déroule en deux phases : une première qualitative, avec un état de l’art dont la synthèse vient d’être ici présentée et des entretiens menés avec les étudiants sur leur vie à l’université ; une seconde quantitative avec la passation d’un questionnaire reprenant l’intégralité des dimensions évoquées sur les cultures artistique, scientifique et numérique.

Cette recherche sera alors l’occasion de connaître en détail les pratiques culturelles des étudiants d’Aix-Marseille Université, de présenter les résultats aux différents services de l’établissement pour adapter l’offre culturelle et d’engager des réflexions comparatives avec le niveau national afin de déduire s’il existe des spécificités locales.

Par Matthieu Demory
Postdoctorant, Aix-Marseille Université, CNRS, Science Po Aix, MESOPOLHIS


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Publics (10 janvier 2024). Les pratiques culturelles des étudiants en France : quelles perspectives pour une enquête locale ? Public(s) ISSN 2553-5722. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkac


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search