Toute la lumière sur les SEGPA

un collégien derrière une caméra filme ses camarades

Projet Toute la lumière sur les SEGPA au collège Edouard Manet dans les Bouches-du-Rhône

Ce billet est publié suite à la rencontre du 19/12/23 Parlons publics ! où étaient présentées les enquêtes réalisées par l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture et celles à venir.

Depuis novembre 2022 et sur la période d’une année scolaire, l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture a été sollicité afin de conduire une étude sur le dispositif Toute la lumière sur les SEGPA. La commande a été effectuée par l’Alhambra qui, en sa qualité de Pôle régional d’éducation aux images en Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’emploie, à travers plusieurs projets et dispositifs scolaires spécifiques, à rendre accessible la culture aux jeunes et plus particulièrement à stimuler la créativité des publics dits prioritaires. Le projet en question vise à revaloriser le parcours scolaire des SEGPA ainsi que ses élèves en luttant donc contre leur stigmatisation. Il a également pour but de pallier les discriminations liées à l’accès à la culture et à l’apprentissage et permet de tester des propositions originales d’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être dans le cadre de rapports pédagogiques originaux. Il s’agit pour les élèves de 8 classes, encadrés par un intervenant et avec l’aide de leurs enseignants, d’imaginer et de produire un court-métrage sur un sujet de leur choix qui est ensuite projeté lors d’une journée de restitution à l’Alhambra. Comme ce projet s’étend progressivement au niveau national, une étude de mesure d’impact permet d’en analyser les multiples dimensions mais aussi d’évaluer et de mesurer les effets du dispositif au regard des objectifs initiaux et ainsi en assurer la continuité. L’étude est d’ailleurs reconduite cette année afin de prendre en compte une plus large population. En effet le projet se déploie en 2023-24 dans et 8 région et 37 classes. En termes de méthodologie, l’Observatoire a opté pour une approche mixte, à prédominance qualitative, et comparative : ont tout d’abord répondu au questionnaire plus de 100 élèves participant et ne participant pas au projet. Puis, à partir des premiers résultats, des entretiens collectifs ont été menés avec les élèves issus de deux collèges participant au projet, au caractéristiques sociales et géographiques différentes. Des entretiens avec des anciens élèves ayant participés au projet ont également été réalisés pour voir si cela avait joué un rôle dans leur parcours scolaire et professionnel. Ces données ont été complétées par des moments d’observation et d’entretiens informels (lors d’une séance de tournage, de la journée d’ouverture, des moments de restitution organisées en présence des élèves, de deux réunions de pilotages avec les directeurs d’établissement, les enseignants et les intervenants) et par un travail de sociologie visuelle, qui prend pour support différents documents audio-vidéos.

Projet Toute la lumière sur les SEGPA au cinéma L’Alhambra à Marseille

Les données issues des questionnaires confirment l’effet positif de cette implication dans le projet sur l’ensemble du rapport au scolaire : on constate parmi les élèves ayant déclaré prendre beaucoup de plaisir à être en classe, que 75% participent au projet, contre seulement 25% n’y participant pas. Ce résultat montre que les élèves participants à Toute la lumière sur les SEGPA semblent être plus impliqués dans l’univers scolaire et plus disposés à s’y investir. Effectivement, la pédagogie de la créativité, centrée sur la motivation et l’émotionnel, stimule émotions facilitatrices d’apprentissages grâce à un support créatif[1] et permet de créer des « endocept »[2] qui favorisent une perception positive de soi [3]. Cela est primordial pour des élèves pour qui la reconnaissance extérieure fait défaut. Dans le rapport (disponible ici) l’analyse plus approfondie permet d’apporter certaines nuances, de pointer les forces du projet et les points de vigilance, mais dans l’ensemble l’étude souligne la réussite d’un projet que les élèves s’approprient et qui les pousse à développer leur capacité de collaboration dans un climat propice à l’écoute et à la parole.

Par Anaïs Merentier
étudiante en Master 2 de sociologie, stagiaire chargée d’étude pour cette enquête


[1] Voir Isabelle Puozzo, 2013, Pédagogie de la créativité : de l’émotion à l’apprentissage, en ligne : https://journals.openedition.org/edso/174

[2] Voir Todd Lubart et al., 2015, Psychologie de la créativité, en ligne : https://www.cairn.info/psychologie-de-la-creativite–9782200611620.htm

[3] Parmi les éléments qui ressortent : une motivation forte – appropriation de la démarche par le choix du thème – possibilités expressives ouvertes par la pédagogie de la créativité – investir l’école différemment – un travail collaboratif qui favorise la capacité d’écoute – une reconnaissance extérieure – plus de plaisir à être en classe – sentiment de fierté et d’implication – sentiment d’écoute


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Publics (5 février 2024). Toute la lumière sur les SEGPA. Public(s) ISSN 2553-5722. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr33


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search